BASE AERIENNE EVREUX        Monique FROGER  reçu le 06 octobre 2019

  

 

                                      La sortie Base Aérienne d'Evreux du 2 octobre 2019

 

  

 

            CHAMBORD            webmaster reçu le 21mai 2019    

  Si vous voulez lire un CR sur la sortie,cliquer sur CHAMBORD

  

 

GERBEROY-ST GERMER            webmaster reçu le 18 mai 2019

  Si vous voulez lire un CR sur la sortie+photos  ,cliquer sur GERBEROY

  

 

 

GRANVILLE-CHAUSEY-Mt St MICHEL         webmaster reçu le 6 avril 2019

  Si vous voulez lire un CR sur la sortie ,cliquer sur NORMANDIE

  

                    Photo prise par  notre guide Cédric face au Musée d'Art Moderne de GRANVILLE

 

 BNF RICHELIEU-    OPERA     GARNIER        webmaster   reçu le 29 novembre 2018

     Si vous voulez lire un CR sur la sortie ,cliquer sur BNF

  

 

     ARTS FORAINS          webmaster   reçu le 19 octobre 2018

     Si vous voulez lire un CR sur la sortie ,cliquer sur ARTS FORAINS

 

  

 

              TROYES               webmaster   reçu le 12 octobre 2018

       Si vous voulez lire un CR sur la sortie ,cliquer sur TROYES

  

 

            ORLEANS                 webmaster   reçu le 13 avril 2018
    Si vous voulez lire un CR sur la sortie ,cliquer sur ORLEANS

Si vous voulez voir une vidéo de notre ami Marcel Girault ,cliquer sur : https://youtu.be/_g6_fYkFx-s

 

                  SARTHE           webmaster   reçu le 23 mars 2018

  Si vous voulez lire un CR sur la sortie ,cliquer sur SARTHE

  

 

 

  EVREUX

Marcel Girault

reçu le 20 mars 2018

  Notre ami Marcel nous envoie un film sur cette sortie .Pour le voir cliquer sur le lien

                https://youtu.be/ZkrJWK1Hegw

  

 

                ACHERES

      Monique FROGER

et Danielle PITEUX

      reçu le 11 février 2018

    

                                            

                       


               

            

    

                               Souvenirs de la sortie ACHERES 26 janvier 2018

           UN GRAND MERCI A NOS DEUX AIMABLES PHOTOGRAPHES !

  

 

 

            NORMANDIE             webmaster reçu le:13 décembre

              Départ de Beynes à 7h15 et direction la Normandie où nous arrivons à Allouville -Bellefosse , village de 1200 habitants ,vers 10h30 , accueillis par une charmante guide Brigitte ,et nous visitons l'exposition "Les  crèches du monde " ,     22 ème année d'exposition, avec près de 1200 crèches exposées , en différents matériaux : papier , résine , céramique , bois, etc...:du monde entier.Puis on se dirige vers le Chêne datant de près de 1200 ans ,15m de circonférence à sa base, 18m de hauteur , et contenant 2 chapelles érigées en son tronc datant de 1696.A 11h30 ,départ vers Caudebec en Caux , pour l'église gothique Notre Dame datant du 14ème siècle , de 22m de hauteur, à 3 niveaux , avec triforium aveugle ,une tribune de style Renaissance .Une clé de voûte de 7 tonnes dans la chapelle du fond . M.Neveu , titulaire de l'orgue de N-D ,grand tuyau datant de 1542 , le plus petit de 1740 , va nous donner un concert de musique allemande , puis française pendant 30mn. Orgue à 4 claviers  , 2700 tuyaux  (étain+plomb).Caudebec est une ville de 2300 habitants , chef lieu de canton , très riche au Moyen-Age , connue pour son feutre  à larges bords avec plume (chapeau des mousquetaires). Plus de bac de traversée de la Seine depuis le nouveau pont de Brotonne. Ensuite nous nous dirigeons vers le très chic Restaurant "La Marina" où un excellent repas nous est servi. Vers 15h30 , on se dirige vers une salle de spectacle , et c'est Yannick Dumont qui nous offre pendant 1h30 , une parodie de Bourville... à Bourvil , avec notre Jacques  "l'homme à la large raie  centrale" !!!  Excellente prestation , et c'est un peu avec regret que nous quittons Caudebec et la guide Brigitte , pour regagner Beynes où nous arrivons vers 19h30.

Quelle excellente journée par un temps ensoleillé et froid passée en Normandie.      Merci à ALED , à Serge et à Michèle .

..

  

 

             MUSEE GREVIN           Marcel Girault reçu le:13 décembre

            Notre ami Marcel Girault a réalisé une vidéo sur youtube à l'adresse suivante :

https://youtu.be/efHd13atjuk

  

 

         PARIS-CATHEDRALE RUSSE              webmaster

reçu le :17 novembre   2017

              

Départ de Beynes à 13h et direction Paris , Pont de l’Alma où nous arrivons  1h plus tard , et le chauffeur nous dépose au pied de la cathédrale de la Sainte Trinité , construite sur l’ ancien  site de Météo France ; le projet de construction d’une église plus spacieuse , approuvé par l’Etat français ,en 2007 , ayant reçu le soutien de l’Etat russe , celui-ci assura l’achat du terrain , et un architecte français Jean-Michel Wilmotte  ,avec pour constructeur Bouygues , élabora l’ensemble , avec quelques corrections demandées  par le Patriarche Cyrille, chef de l’Eglise orthodoxe russe ,  sur la façade  .Cet architecte avait réalisé des aménagements au palais de l’Elysée , au collège des Bernardins . On a utilisé la pierre de Massagis( Bourgogne) pour les placages  ornés de motifs floraux ou animaux , 5 dômes  dorés à l’or mat(utilisant 90 000 feuilles d’or et palladium) :un dôme central représentant le Christ de 15m de haut  , et 4 dômes représentant les 4 évangélistes (Matthieu, Marc, Luc et Jean)   de 10m .Chaque coupole est surmontée d’une croix spécifique de l’église orthodoxe.                                                                                               L’ensemble fut achevé en octobre 2016 , et le Patriarche consacra cette église le 4 décembre 2016.  Elle s’inspire de l’église de la Dormition de Moscou (Kremlin) ,  qui date du XVè , où furent célébrés les mariages des tsars . Le guide nous parle des relations privilégiées entretenues entre la Russie et la France au cours des siècles : Venue à Paris de Pierre 1er, dit Pierre le Grand  ayant fondé St Pétersbourg en 1703 ,  pour rencontrer le jeune roi Louis XV le 10 mai   1717, âgé d’à peine 7 ans ; il découvre les monuments de la « nouvelle Rome »  voulue par le Roi- Soleil , et vient séjourner dans les plus belles demeures fastueuses d’Ile de France.  Il  quitte Paris le 20 juin 1717  , puis regagne en octobre  St Pétersbourg . Ce voyage constitue un véritable acte fondateur des relations culturelles entre les deux pays. Catherine II fut fortement  inspirée par Voltaire et Rousseau qu’elle recevait régulièrement  et parlait  le français. Après la défaite de  l’empire napoléonien, les Cosaques  installés à Paris ,quittent Montmartre  , et installent déjà un premier oratoire , encouragés dans leur démarche par le tsar Alexandre  , vainqueur de Napoléon ; plus tard , sous Napoléon III  , une première cathédrale russe est érigée  12  rue Daru Paris 8è  , dédiée à Alexandre Nevski ,offerte par le tsar Alexandre II (dit le Libérateur) pour une somme de 150 000 francs or , avec un style purement moscovite  et  architecture byzantine  et où  les funérailles  de Tourgueniev , le mariage de Picasso , ..furent célébrés . Nous pénétrons ensuite à l’intérieur de cette cathédrale : murs blanchis à la chaux   , et de nombreuses icônes  nous ont montrées : ND de KAZAN  , datant de 1570 (offerte par Medvedev  en 2010 ) , ND du Signe , associée à l’histoire de la Russie , puisqu’elle aurait permis la levée du siège de Novograd,  ND de Vatopedi  avec le Christ qui par son geste veut limiter la miséricorde inconditionnelle de la Vierge sa mère  …. .Puis  l’iconostase , qui dans les églises orthodoxes , sépare la nef du sanctuaire où se tient le clergé qui célèbre les offices. Sur la Porte Royale : au centre  l’ange Gabriel et Marie ( l’Annonciation),au-dessus la Ste Trinité  ,sous forme de 3 anges ailés avec des bâtons de pèlerins .A droite de la Porte centrale : le Christ , St Denis ,St Vladimir le Grand  ; sur la gauche : Marie , Ste Geneviève et Ste Olga (mère de St Vladimir le Grand). Les saints français représentés évoquent l’histoire chrétienne de  Paris .  Le guide nous dit encore que les visites sont libres et gratuites , et  que l’église est ouverte dès 15h , avec des offices  , les vendredis ,samedis et dimanches .Visite à la boutique et retour vers Beynes. Arrivée à  destination   vers 17h45  .

                               Une visite très intéressante . Merci à ALED.                        Et voici 2 photos envoyées par nos amis Daniel et Pierrette MASSE.             Merci à eux.

               

  

 

         HONFLEUR               webmaster reçu le :26 mai 2017

              Départ de Beynes à 7h30 et direction Honfleur par  l'A13 ,et  nous arrivons vers 10h à Saint Sulpice de Grimbouville , accueillis par une charmante  et jeune guide Clémentine  ,devant la mairie de ce petit bourg de moins de 500 habitants , qui nous parle de l’invasion par les Vikings de  cette région  , à qui on a  donné le nom de Normandie  (=les hommes du Nord) .Cette commune fait partie d’une agglomération de 72 communes  , appelée « Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine » .De grands vergers  de pommes locales (40 sortes différentes) dont la rever .Ensuite nous reprenons le car et nous passons dans le village de Foulbec  (=ruisseau) avec des charmantes chaumières  ayant sur le faîte des plantations d’iris ,et nous nous arrêtons dans la ville de Conteville  , avec sa mairie de 1877 , et son église romane ; commune de 982 habitants  , avec de belles maisons , résidences d’Havrais  , puisque le Havre n’est plus très loin d’ici .Le nom de Rever est très utilisé ici , du temps de l’abbé  éponyme  , homme d’affaires, bienfaiteur de cette commune.On reprend le car et nous voilà à Berville sur Mer , ville de pêcheurs  , avec son église gothique .Cette commune  longe la Seine  avant son embouchure , dans la Mer du Nord , d’où son nom , la guide nous  précisant  qu’il y a beaucoup de  communes qui se nomment Berville en Normandie .La Seine est endiguée sur 3km ici .Juste en face  se trouve Le Havre , ville fondée il y a 500 ans par François 1er , 1er port céréalier , 2d port de France , après Marseille.A 2km se trouve le pont de Normandie , inauguré en 1995 .

Repas au restaurant « l'Eau vive «  , et ensuite nous reprenons le car direction Honfleur , pour une balade en mer :14h30-16h.

Commentaire  entendu lors de notre balade en mer :Ici accostent quelque 50 bateaux de croisière par an .Nous passons sous le pont de Normandie  , qui permet  de relier le Danemark au Portugal  sans interruption ,Ce pont long de 2241m  ,sur 22m de large  , avec des pylônes de 214m  , pesant  22 000 tonnes .La distance entre les 2  pylônes de la partie centrale est de 856 m  , ce qui constituait un record mondial  détenu jusqu'en 2008 , puisque depuis cette dernière année ,c'est à présent le pont de  Sutong , pont le plus long du monde  au-dessus du fleuve Yangtze ,qui détient le record avec une travée de 1088m . 184 haubans de 17cm de diamètre   , et le tablier au milieu du pont est à 60m au-dessus de la mer . La construction du pont s'est faite de 1988 à 1995 , pour un coût estimé à 300 M€ .Il peut supporter des vents de 300 km/h  , lors de la tempête de 1999 , il a supporté des rafales à 217km/h. Le Havre est une ville de 180 000habitants , détruite  pendant la 2de guerre mondiale , avec 5000 morts , et 12 500 immeubles détruits. La reconstruction  a été menée par l'architecte Perret .C'est de Honfleur que partit Champlain pour la conquête du  Québec  (Canada)  en  1608.Honfleur  reçoit près de 4 millions de visiteurs par an  ,avec son église Ste Catherine  , avec une nef ayant la forme d'un bateau renversé ,ville de peintres (80 galeries)  sans oublier le musicien Erik Satie(1866-1925) .Déjà en 1681 , Colbert y créa des bassins .Temps libre dans la ville.

Retour  vers  17h  , et arrivée à Beynes  vers 19h30.

Merci à notre gentille organisatrice Paulette pour cette belle sortie. 

  

 

          DRUYES LES BELLES FONTAINES              Guy FRUGIER reçu le: 29 avril 2017

            Quelques photos de DRUYES LES BELLES FONTAINES ,                             Village médiéval intéressant par son château  que , hélas! , nous n'avons  pu  visiter , avec des vieilles maisons pour la partie haute.                                                   Partie basse : l'église , le lavoir , le vieux pont , le lac des sources , la maison natale du Capitaine Coignet (grognard) , la maison de l'ingénieur Jean BERTIN (inventeur de l'aérotrain).

Nous étions accompagnés d'une guide passionnée.

Repas dans une ancienne ferme , animé par deux ménestrels sympathiques , avec musique , initiation aux danses médiévales  ,et des explications intéressantes concernant leurs instruments.  

                                    UNE EXCELLENTE JOURNEE  !!!

          

           

         

 UN GRAND MERCI A GUY POUR SES BELLES  PHOTOS ET SON        COMMENTAIRE

 

                 DIEPPE          webmaster  reçu le: 21 février 2017
 Départ de Beynes à 6h30 , et direction DIEPPE par autoroute A13 , et nous arrivons   à 8h45   , après avoir parcouru  quelque 147 km  , ayant voyagé avec l’autocar de Bleu Voyage .  Un  petit déjeuner nous est offert  dans une vaste salle du restaurant  « Cadet Roussel »  de la ville LES GRANDES VENTES  , accueillis par l’animateur Philippe Sergent  , de R.S . Distribution .  

Dès  9h30 , commencent  les présentations de divers  objets proposés par ce  sponsor  français  , R.S. Distribution  situé à Saint Maxire dans le  département des Deux Sèvres  , qui nous  offre pratiquement cette sortie.  Un superbe fauteuil  releveur  Fidgi  en cuir –vachette , coloris beige , articulé et très  relaxant    avec ses programmes de chauffe  pour le dos   pour 1739€ , livré ,monté chez le particulier.  Suit après un lit articulé à lattes , avec 5 plans de couchage , avec un superbe matelas orthopédique médical , hypoallergénique ,  à mémoire de forme , compressé ,en  fibres de bambou  , qui se gonfle tout seul , lorsqu’on l’aura sorti de son  enveloppe usinée par des machines , accompagné de sur -matelas ,d’oreillers et de couverture en laine d’agneau , pour un prix de 2997€ , pour 2 sommiers+2 matelas  ( 2 couchages de 70x190 ) et supplément de 200€ pour 2 couchages  de 80x200 ,  avec  garantie de  5 ans pour les sommiers et 15 ans pour les  matelas ; oreiller à mémoire de forme 130€ .

 Une pause est proposée , puis s’ensuit  un médical-trainer  de 17kg , réglable en hauteur et en profondeur  , garanti 2 ans , pour 1196.50€ .Une centrale vapeur  , de pression supérieure à 3 bars , qui fournit une vapeur sèche , avec 1.5l d’eau pour 3 heures d’utilisation  + un balai mécanique offert pour un prix de 390€ . Une lampe infrarouge  ,pour soulager les douleurs  musculaires , circulatoires   , pour un prix de 179€. Une cape chauffante  à télécommande pour 99€ , et enfin un assortiment de 7 pièces pour cuisiner tous feux , garanties 10 ans (crépière  , poêle etc..) pour 499€ .

N.B. Une réduction de 5% est proposée pour les 3 premiers articles cités en paiement comptant ou un paiement échelonné gratuit .Articles livrés et montés chez le particulier.

La séance démonstration  se termine vers 12h30 et nous nous dirigeons vers la salle de restaurant pour  déjeuner  jusqu’à 14h30 . Puis  en autocar  vers Dieppe  , située à 16km , et nous voilà devant le Casino Partouche , pour vaquer à des distractions ou promenades dans la ville  jusqu’à 16h30.

 Nous rejoignons notre car  et nous prenons la route  vers Beynes après une bien agréable journée passée entre amis , sous un temps gris certes , 11° ,  mais sans pluie  .On est encore au mois de février !   Arrivée à  destination   vers 18h45  .

Merci  à  Serge , notre Président ,  pour cette belle journée .

P.S. Un C.R . sur DIEPPE a été fait pour la sortie du 10 octobre 2013.

 

 

 OSMOTHEQUE      /VERSAILLES                

Monique FROGER

reçu le:  22 janvier 2017

              

          Sortie très intéressante , participation insuffisante , dommage  !

Le conférencier connaissait parfaitement bien son sujet .Pendant 2h30 nous avons appris tout de la naissance d'un parfum à sa commercialisation , et sur leurs créateurs.

Nous sommes revenus avec plein d'odeurs très agréables..

Merci à Michelle DERVEAUX qui a eu l'idée de cette sortie.

  

 

         WISSOUS/ORLY        

webmaster

reçu le:  24 novembre 2016

               Départ de Beynes à 6h45 et route vers Wissous/Orly ....

                                      pour lire la suite cliquez ici

  

 

          BOURGES          

webmaster

reçu le:  7 octobre 2016

               Départ de Beynes à 9h30 et route vers Bourges ....

                                      pour lire la suite cliquez ici

  

 

 

          OISEAU DE VERRE

webmaster

reçu le:  31 mars 2016

  Départ de Beynes à 13h et route vers le bois de Boulogne  où nous arrivons vers 13h50 devant l'Oiseau de Verre , de la Fondation Louis Vuitton : un lieu innovant à Paris largement ouvert aux artistes d'aujourd'hui et à leurs créations. Le projet élaboré en 1990 ,fut confié à l'architecte  Frank Gehry en février 2002 qui a su intégrer toutes les contraintes techniques ,environnementales ,administratives  en les transformant en atouts ,et la complicité des 2 hommes  ont permis un projet utopique de voir le jour. Pour 55 ans ,à partir du 1er janvier 2007 , la Fondation dispose d'une parcelle d'un hectare pour implanter son bâtiment. La dernière pierre est posée en décembre 2013,le bâtiment est réceptionné le 28 février 2014 ,et l'ouverture au public le 27/10/2014 : 12 voiles de verre , composées de 3600 panneaux , soit 13500 m2 ;un iceberg de 9000 m2 , avec  19702 panneaux courbes de béton blanc fibré ;quant à l'intérieur 11 galeries pour les collections  ,un auditorium de 360 à 1000 personnes  ,pour une surface de     11 000m2.Frank Gehry  a abordé son métier d'architecte dans les années 1960 ,avec des projets audacieux : Sirmai-Peterson Residence , Gehry Residence  ou la Norton Residence  ,tous en Californie ,puis son champ s'élargit de façon extraordinaire  vers Hong Kong ,Panama , Bilbao ou Abu Dhabi.                                                         Visite libre pendant 2 heures : une exposition temporaire  dédiée à l'art chinois contemporain, avec des artistes de différentes générations vivant tous en Chine continentale  ; oeuvres de Huan , Wei , et une statue de Samothrace   ,ou le Bouddha monumental de Xu Zhu .                                                                                        Boutique et retour vers Beynes à 16h.

    

    Bouddha de Xu Zhu            Frank Gehry et la maquette "Oiseau de Verre"

   Une sortie (pluvieuse) mais très originale et bien parisienne !

 

 

COTE D'OR

webmaster

reçu le: 19 mars 2016

                                  17-18 mars  2016

1er jour : Départ de Beynes à 8h30 et route vers La Côte d’Or après deux arrêts à Nemours  et Auxerre et nous arrivons sur le site d’Alésia  vers 14h30 où nous sommes accueillis par une charmante et extrêmement érudite jeune  guide Floriane. 

Un peu d’histoire :en l’an -52 ,Vercingétorix avec 80 000 hommes ont combattu ici contre César, âgé de quelque 48 ans ,après  installation de  3 camps sur la montagne de Flavigny, 3 camps sur la montagne de Bussy  plus une multitude de camps éparpillés .Les  légionnaires romains construisent une 1ère ligne circulaire de fortifications de 15km autour de l’Oppidum  ,puis au-delà une 2de ligne de fortifications de 21 km  concentrique de la première , tout cela en 5 semaines ,et en attendant l’armée de renfort  qui tarde à arriver ; à son arrivée , celle- ci essuie de nombreux échecs  ,les Romains tiennent bon  ,et les Gaulois avec leur chef Vercingétorix ,d’une trentaine d’années, sont obligés de se rendre ; leur Chef sera captif pendant 6 ans  au Capitole de Rome avant d’être exécuté en l’an -46 , pour la gloire de César. Tout cela est raconté par César dans ses 8 ouvrages de la « Guerre des Gaules » , 1ère source d’information , écrits pour  laisser des traces , se mettre en valeur ,et aussi relater au Sénat romain ses guerres et exploits. César en -59 ,consul avec Pompée et Crasus ,devenu pro-Consul en -58 ,prolonge sa mission de  conquêtes et d’annexions de provinces pour Rome ,et qui finit en -52 par la bataille d’Alésia .  Nous n’avons pas de version gauloise de cette bataille ,seule l’archéologie apporte quelques informations complémentaires. Puis on entre dans la galerie des combats avec des sculptures en béton et polystyrène de soldats guerriers ,gaulois en bleu ,romains en rouge  . Il existait environ quelque 960 tribus gauloises ,certaines sont alliées de Rome ,et la progression romaine fut d’abord stoppée à Gergovie ,mais hélas ! défaite cinglante à Alésia ; l’armée romaine est une armée de professionnels ,1 légion est formée de 4800 hommes. Le sanglier est un  animal sacré chez les Gaulois ,inventeurs de la côte de maille (700 heures de travail , 1km de fil de fer, et pesant entre 10 et 12kg ).Des fouilles entreprises entre 1861 et 1865 ,sous Napoléon III ,ont permis de retrouver des pièces de monnaie ,morphologies guerrières de chevaux etc.. puis  René Goguet a survolé le site en avion et un tracé des fortifications est apparu dans les terres : tout cela vient renforcer la thèse de la véracité du site d’Alésia en Bourgogne  comme lieu de bataille entre  César et Vercingétorix , contre un site de Franche Comté qui  avait été aussi envisagé. Un beau film de 18 mn relate cette célèbre bataille  .Fin de la visite au muséoparc ,promenades vers les fortifications ,et nous nous dirigeons vers Semur en Auxois ,pour un temps libre d’une heure ,avant de regagner notre hôtel « Hostellerie d’Aussois » à la sortie de la ville.Dîner et nuit à l’hôtel.                                          

2ème jour : Départ de l’hôtel à 9h15 ,et route en autocar pour Flavigny/Ozerain ,à une vingtaine de minutes. Nous sommes accueillis par une guide qui nous parle de ce village de 300 habitants ,qui a conservé une épicerie ,et nous nous rendons à l’usine « Les Anis de Flavigny » .Une guide de l’usine nous fait la visite complète : fabrication du «  bien bon bonbon  » à partir d’une graine d’anis ,de provenance Espagne ,Turquie ,etc..enveloppé de couches de  sucre ,lentement ,puisque cela nécessite 15 jours  de fabrication ,entre séchages  successifs ; 30 personnes travaillent ici , à raison d’une tonne de graines par jour ,soit 250 tonnes /an.30% de la production est exportée USA, Canada , Australie  , Europe ,etc  .Les petits bonbons sont à croquer ,les plus gros (1g ) à sucer ;il existe 10 saveurs différentes ,l’anis bien sûr ,mais aussi  cassis ,citron ,oranger ,gingembre, mandarine ,menthe ,réglisse ,rose ,violette, ces saveurs venant de Grasse.Cette fabrication a démarré en 1591 par des Moines venus ici , et on travaille de 3h du matin à 20h le soir.On visite ensuite la crypte des anis , reste de l’ancienne abbaye ,et boutique.Puis à 11h10 ,une nouvelle guide ,nous fait la visite du village ,à travers ses rues pentues  ,son église St Genest du Xè  reconstruite au XIIIè/XVè  ,l’ abbaye St Joseph de Clairval ,fréquentée par 45 moines actuellement (âgés de 20 à 72 ans) , et ses différentes portes ceinturant le village ,situé à 421m d’altitude .Puis déjeuner au restaurant «  La Grange » , de produits locaux .Départ à 14h15 en autocar vers Bussy-Rabutin pour visiter le Château.Nous retrouvons la 1ère guide du matin qui nous fait l’historique :premières traces de cette maison forte au XIVè ,puis ouverture sur la lumière pendant la Renaissance (XVIè),le comte de Rochefort ,propriétaire, est obligé de céder son château à son créancier François de Rabutin en 1649 ;de nombreux autres propriétaires se succèdent , et c’est un comte picard de Sarcus qui le restaure en 1835 ,et le château est classé en 1862 ;en 1929 , il est acheté par l’Etat .L’intérieur renferme quelque 500 peintures :au RdC : la salle des Devises ,au registre supérieur les différents châteaux de France ,au registre inférieur les devises ; au 1er étage : les hommes de guerre français et étrangers ,puis la chambre de Bussy ,avec les femmes célèbres et le salon de la tour dorée ,s’ensuit en hauteur , la galerie des Rois de Hugues Capet à Louis XVII  et en vis-à-vis les portraits de la famille de Rabutin .Un vaste domaine  de 34ha,  clos ,dont seulement  3ha ont été  restaurés   en 1991/1993 ,et une ancienne ferme réhabilitée pour devenir salle de réception ,louée pour évènements privés. Boutique et retour vers Beynes ,arrivée vers 21h15.                                                                             Une excellente sortie culturelle et touristique  pour tous les participants ,avec un temps printanier exceptionnel , et un grand merci à Michèle B. notre organisatrice et guide pour  ces deux  jours.

             

 

           SENAT

webmaster

reçu le:  10 novembre 2015

              

   Une sortie très intéressante  au Palais du Luxembourg !

 

    SAVOIR FAIRE  NORMAND

webmaster

reçu le: 6 novembre 2015

   Si vous désirez avoir un CR complet de cette sortie ,cliquez ici.

  

                               

 

 

           SEES    &                          CHATEAU DE  SASSY

webmaster

reçu le: 18 juin 2015

   Départ de Beynes à 7h et direction  Sées (61500) à quelque 160km , arrivée vers  9h . Temps libre et petit déjeuner ,et nous nous dirigeons vers l’office du tourisme pour une première visite de la cathédrale Notre Dame ,édifiée à partir de 1210 ,et consacrée en 1310. Sées est le plus petit diocèse de France  ,créé en 440  par St Latuin,1er évêque de Sées . Cet édifice fut détruit à plusieurs reprises :en 878 , puis une 2de fois à une date non parfaitement connue ,puis en 1048 elle fut brûlée ,un incendie en 1174 , et enfin en 1310 .2 flèches de 70m de hauteur. L’intérieur mesure 110m de long ,42m de large et 24m de haut. Cette cathédrale est dédiée aux saints Protais et Gervais (diacres  exécutés par Néron)et à Notre Dame. Style gothique normand  du 11è  ,robuste  ,avec des piliers très forts. Asymétrie à l’intérieur  :les vitraux de droite (nord) sont plus bas que ceux de gauche (sud).1 puits  est dans l’église ,découvert en   1880 ,et l’eau se trouve à 10m de profondeur. Le transept est du 14è ,de style île de France. Rosace nord :sceau de Salomon .La liste des  84 évêques est inscrite sur  une plaque ,le 84è a été nommé  en  2010.Reliquaire doré de St Godegrand .Maître-autel à colonnes de marbre du 18è ,restauré en 2001.Rosace sud : divisé en 12 parties ,symboles de  la création .Un orgue de 1743 ,avec 37 jeux. Temps libre dans la ville ,puis départ à 11h45 pour Macé  ,5km plus loin ,vers le restaurant « l’Ile de Sées » .                                                                                                                                                     Un excellent repas dans une très belle  salle de  ce restaurant ,Logis de France .           Départ vers 14h15 en autocar pour  la ville de St Christophe le Jajolet  ,à quelque 12km  ,pour nous rendre au Château de Sassy .Un 1er  groupe visite pendant 1 heure les magnifiques jardins à la française ,créés en 1920/1925 ,avec une très belle vue sur les jardins de la terrasse ,et 64 marches nous conduisent vers  le niveau de ces jardins. Puis c’est la visite intérieure des lieux . C’est un château privé ,bâti en  1760 ,  habité par la duchesse propriétaire des lieux ,âgée de 93 ans ,dans 2 pavillons situés à gauche du château , et acheté par sa famille en 1850 ; ailes latérales créées en 1908/1913. Un buste de M. Pasquier  dans le hall d’entrée   , Chancelier de France sous Napoléon III , puis  grand politique  sous la République  ,fin du XIXè  . N’ayant pas d’héritier  , c’est son neveu adopté  ,Gaston Audiffret –Pasquier , beau-frère de Casimir Périer, Président de la République successeur de Carnot assassiné ,pendant 6 mois /7ans  , qui  hérita du château.  Une première salle à manger  , avec une très belle table  style Victoria , acajou moucheté ,qui sert encore dans les réceptions actuelles de la duchesse ,avec des assiettes de Sèvres ,numérotées (100 pièces). Peintures  de scènes  de chasse violentes. Cette pièce servit d’hôpital militaire sous la dernière guerre .  Puis à l’étage : la chambre de la Reine Elisabeth II ,venue séjourner 3 jours ici ,en 1967 ,et qui demanda la réfection de cette pièce  à son goût ,papier peint+lit .Les propriétaires et la Reine ayant  une passion commune :l’élevage des chevaux. La chambre jaune de la comtesse de Boigne suit  ,et la chambre baldaquin ;ces 3 pièces constituent un appartement ,et le château contient 12 appartements de cette composition ,pour pouvoir héberger quelque 60 invités .On retourne au RdC ,et on passe dans le salon ,avec tapisserie des Gobelins ,sur le château de St Germain en Laye  ,avec Louis XIV et son épouse ;tapisserie restaurée en 2008.Un coffre à secret  venu de Hollande. Puis 4 tapisseries d’Aubusson  dans ce 2d salon ,et suit une très belle bibliothèque  ,classée 5è ou 6è de France , renfermant  30 000 livres ,tous répertoriés .Une belle horloge  dorée ,très symétrique ,sur la cheminée ,et un grand tableau du Duc Chancelier Pasquier avec un cadre de 200kg. Une chapelle privée située  plus loin ,date de 1740 ,avec un retable du 15è ,sur la passion du Christ ,venant de  St Bavon de Gand( Belgique ), et restauré .6 tableaux représentant  6 sacrements ,la confirmation absente ,par manque de place. Eglise qui ne sert plus par manque d’officiant. Fin de la visite vers 17h ,retour sur Beynes ,arrivée vers 19h.                                                                                               Une belle sortie  en Normandie ,et merci à Michèle B . notre gentille  organisatrice  

 

    L'EAU A VERSAILLES

webmaster

reçu le: 11 juin 2015

  Départ de Beynes à 13h15 et direction Versailles , arrivée vers 14h au Pavillon des Filtres ,51 avenue des Etats Unis, presque en face de l’Université de Versailles ,bâtiment des Sciences. Notre guide ,M. Jean Siaud ,nous accueille et nous parle des origines de Versailles ( en 1038) , venant de Versallus qui signifie « terres versées ou labourées ».En 1621 existait un simple pavillon de chasse ,et en 1628 un petit château avec 4 tourelles .Claude –Denis Joly ,qui avait installé une pompe à la Samaritaine à Paris ,pour puiser l’eau de la Seine , intervint donc ici ,avec mission d’amener l’eau au château .Il fit appel à deux frères italiens ,les Francini ,pour réaliser cette tâche. L’un d’eux construisit l’aqueduc Médicis .En 1643 ,à la mort de Louis XIII ,Mazarin devenait 1er ministre , Fouquet surintendant des Finances , et Louis XIV , dès 1661 , jaloux du magnifique château de Fouquet situé à Vaux le Vicomte, entreprit la construction du château de Versailles, et le problème de l’eau devenait très important. D’après la topographie des lieux : le château est à 142m , le grand canal à 120m ,Montbauron à 153m ,la Seine à 20m .L’eau puisée dans l’étang de Clagny ,2ha , est surélevée jusqu’à la terrasse du château par 3 moulins à vent par François Francine ,et en 1664 ,l’eau arrive jusqu’à la terrasse du château. Mais cette production est insuffisante ,d’où l’idée d’aller la puiser dans la Bièvre ,étangs du Val d’Or et 4 moulins sont installés pour amener l’eau au réservoir de Satory ,la pièce d’eau des Suisses , et le château. Ensuite c’est par les études topographiques de l’Abbé-savant Picard ,que Francine s’intéresse aux étangs de Trappes et de Bois d’Arcy , constituant le carré de Trappes ,pour que l’eau aille jusqu’à Versailles. Puis c’est Thomas Gobert ,architecte -sculpteur , qui s’intéresse au plateau de Saclay à 152m ,et Mansart construit l’aqueduc de Buc (même longueur que le Pont du Gard)pour amener l’eau dans le carré de Saclay à 148m d’altitude. La Hire puis Vauban , ingénieur hydraulicien ,creuse la rivière royale sur 22 km , qui va jusqu’à Trappes, avec 70km de rigoles. En 1684 , La Hire décide d’aller jusqu’à Pontgoin , 20km de Chartres, par 74 km de canaux ,et on est à 192m d’ altitude .On élabore l’aqueduc de Maintenon pour passer la vallée de l’Eure ,mais le chantier fait 6000 morts et ce projet est abandonné en 1686 ,et l’eau de l’Eure ne sera jamais acheminée jusqu’à Versailles. On s’intéresse alors à l’eau de la Seine ,mais on doit passer de 20m (Seine) à 142m (terrasse du château). Deux Belges : de Ville et Sualen élaborent des projets ,avec une machine de 14 grandes roues et 64 pompes pour élever l’eau de 50m ,et on arrive ainsi à l’aqueduc de Louveciennes. L’aqueduc de Picardie ,souterrain (hors service actuellement )long de 6.3km partait de Marly ,jusqu’au réservoir de Picardie . Via un autre aqueduc , l’eau est acheminée jusqu’à Montbauron .Dès 1784 ,l’eau de l’aqueduc de Picardie se déverse dans le bassin de Picardie , et après filtrage , l’eau est bonne à boire . En 1790 , est construit le Pavillon des Filtres .La machine de Marly :en 1814 une seule roue , en 1817 machine à vapeur , en 1860 roue hydraulique de Dufayer ,en 1882 forage à Croissy .En 1963 ,le courant électrique alimente les pompes ,et en 1968 ,on procède au démontage de la machine.. Le guide nous conduit ensuite au Pavillon des filtres ,utilisé jusqu’en 1964 , filtrage par sable et charbon , et depuis c’est la Sevesec qui a créé son usine d’épuration à Louveciennes , qui distribue l’eau dans le secteur et alimente 350 000 clients. Ce pavillon est classé monument historique , il a été restauré ,est propriété du château de Versailles. Fin de cette visite ; on rejoint l’autocar , et un goûter nous est servi au restaurant de Maître Kanter . Retour sur Beynes . Merci à René ,notre Président ,pour cette belle et instructive sortie.

 

BLANDY LES TOURS

      CHAMPEAUX

webmaster

reçu le: 7 mai

  Départ de Beynes à 7h30 et route pour Blandy les Tours (77115)où nous arrivons vers 9h30.Notre guide Thomas dresse l'historique du château ouvert au public en 2007 après 15 ans de restauration.1ère occupation ici au néolithique ,puis époque gallo-romaine ;dès le 7ème siècle  on avait 2 édifices religieux ,une première église St Maurice et un 2d édifice avec nécropole(100 tombes) dans les fossés. Puis le cimetière fut transféré à côté de l'église au 11è s. En l'an 1016 , le roi de France (Robert II le Pieux) va ériger un domaine ici qu'il donne au comte de Melun. L'origine du château se situe entre les 11è et 14è s, le manoir devient château fort, enceinte en demi-lune  ,et les tours surélevées. Au 16 è et 17è s quelques travaux  de décoration ,et les jardins à la française. Au 18è ,le château est racheté par le Maréchal de Villars et le transforme en ferme et dégénère . Puis il fut vendu sous la Révolution à la commune de Blandy et on rase les bâtiments intérieurs ; fin 1970 .premiers travaux de restauration ,puis vendu en 1992 au Conseil Régional. Château fort médiéval à 6 tours : tour carrée ,tour nord,tour de justice,tour des archives, donjon et tour des gardes . Une belle grande salle de 200m2 (aula), contemporaine de la chapelle(capella) sur son flanc nord  ,puis on descend dans le cellier du 12è ,pièce  avec pierre apparente pour garder les aliments+denrées ,avec ses 4 voûtes  sur une colonne centrale; puis le donjon ,avec des archères  très simples  et des fenêtres à meneaux ,des mâchicoulis , et un étage supérieur est accessible depuis le chemin de ronde par un escalier intérieur  .80 à 100 personnes vivaient ici. Le château recèle 9 fosses  de latrines.                                                                               Repas 12h30/14h30  à l'auberge des tours et départ en autocar pour la collégiale de Champeaux.                                                                                                                           Un guide ,extrêmement érudit nous parle de cette collégiale :au 7è siècle , Fare  ,fille du comte de Meaux ,possédait en dot une grande exploitation agricole ; devenue religieuse ,elle fonde un monastère à Faremoutiers .Puis les religieuses sont remplacées par des chanoines au 12è s , suivant la règle de St Augustin, et  ainsi naît le collège des chanoines ; un transept est érigé vers 1160/1180 , ,puis la nef est terminée en 1220 ,avec une alternance de gros et petits piliers ;en 1260 le sanctuaire est achevé et en 1305/1315 ,les fenêtres du fond ;de nombreuses pierres tombales sont dans cette église ; des vitraux du 16 è .Ici vivaient 25 chanoines et 15 chapelains . 27 x2 places dans les stalles datant de 1532.                                                                           Une excellente journée ,( très peu arrosée) et riche en enseignement .Nous avons tous été très satisfaits de cette sortie ,organisée par Roger que nous remercions vivement une fois de plus.

 

 

       Château ECOUEN

          5 février 2015

webmaster

reçu le: 5 février

 Départ de Beynes à 12h15 et route pour Ecouen à quelque 60km, où nous arrivons vers 13h30.La guide Colette nous attend pour la visite du musée national de la Renaissance. Ce château appartenait à Anne de Montmorency (sa marraine était Anne de Bretagne), né le 15/3/1493 (élevé avec le futur François 1er), devenu Connétable, puis disgracié ,et redevenu en 1538 grand Connétable sous Henri II. Il construisit ce château ,semi-royal , car Henri II logeait dans  l'aile nord .Anne de Montmorency décéda en 1567 ,laissant 130 propriétés .Le domaine resta dans les mains des Montmorency jusqu'en 1632 ,conservé sous la Révolution ,Napoléon en fit une pension pour jeunes filles de la Légion d'Honneur en 1807.C'est en 1962 ,sous Malraux ,que ce château évolua pour devenir Musée National de la Renaissance, inauguré en 1977 sous Giscard d'Estaing. Devise :" Aplanos " i-e:" tout droit". On commence par la chapelle ,avec le tableau de la Cène peint par Marco d'Oggiono en 1555,copie de celle de Léonard de Vinci son maître .Puis la salle des armes ,avec une grande collection d'épées ,de boucliers  d'apparat; une belle et haute cheminée à la française ,avec peinture  représentant des personnages de l'ancien testament (roi Salomon et la reine de Saba). Ensuite les cuisines ,toujours de belles cheminées ,et un triptyque de la Crucifixion  réalisé avec des plumes par des moines mexicains ;puis des  oeuvres italiennes réalisées en "pastiglia"(mélange de plâtre+papier+gomme) ,qu'on croirait à s'y méprendre faites en ivoire ; d'autres en cires colorées ,des albâtres de Malines  ,et des bronzes et ivoires .Et nous voici devant la superbe Nef de Charles Quint ,en bronze doré ,qui fonctionne toujours , suit le banc d'orfèvre d'Auguste 1er de Saxe de 6m de long ,et de 600kg ,banc servant à étirer les fils de métaux :or, argent, cuivre ,laiton. Suit l'appartement de Catherine de Médicis ,avec tapisseries  venant des ateliers bruxellois ,en laine ,soie et fils d'or. A l'étage  ,nous visitons dans l'aile sud ,l'appartement du Connétable ,avec les superbes tentures sur la vie de  David et Bethsabée ,de 75m de long ,sur 4.5m de large ,soit 340m2, réalisées à Bruxelles entre 1510 et 1515 ,disposées sur les murs de différentes salles . Ensuite nous arrivons dans le cabinet du Roi ,avec 9 grands émaux ovalisés,de Limoges , de 1.65m de hauteur ,datant de 1559 ,sur les dieux de l'antiquité , les vertus ,d'après des gravures de Raphaël ,et s'ensuit la Chambre du Roi ,reconstituée en 1851 par la Légion d'Honneur ,avec pavement récupéré de l'époque d'Anne de Montmorency, avec A et M entrelacés.Au 2d étage ,salle des vitraux ,puis des faïences , appelées "majoliques" sous Palissy (elles transitaient par l'île de Majorque),qui consacra toute sa vie à ces objets, décédé en 1590 à 80ans. D'autres pavements du château de Polisy. Puis des "Cassoni" ,coffres forts italiens  ,et la salle des bijoux ,dons de la baronne de Rothschild  ,en 1922.Dans cette salle se trouve la statuette en argent doré  de Daphné qui , poursuivie par les ardeurs d'Apollon ,appelle son père ,puis métamorphosée en laurier ,avec une superbe branche de corail(de Sicile) au-dessus de sa tête. Fin de la visite vers 17h ;retour sur Beynes  vers  19h45.                                                                   Merci à Michèle B. notre gentille accompagnatrice du jour.

 

 LE PETIT PALAIS                LE TRAIN BLEU

   2 décembre 2014

webmaster

reçu le: 3 décembre

   Départ de Beynes à 11h45 et route vers le Petit Palais de Paris ,où nous arrivons vers 13h.Une guide nous attend et nous commençons la visite des lieux .Le Petit Palais a la forme d'un trapèze isocèle de bases 122m et 76m ,et de côté 86m ,et à l'intérieur du trapèze se trouve  un jardin en demi-cercle . Il a été construit pour l'exposition universelle de Paris de 1900 par l'architecte Girault en 2 ans et demi .Restauré en 2005. Une rotonde centrale avec 4 vitraux et 4 tableaux  ,et de part et d'autre deux peintres éclectiques et académiques , Cormon pour la partie gauche et Roll pour la partie droite ont décoré les plafonds  .A droite ,c'est le" triomphe de la femme"  ;à gauche , "le triomphe intellectuel" . Les peintures sont des allégories du temps ,style néo-classique . D'imposantes ferronneries(grille de porte d'entrée ,rampes d'escalier) ont alourdi le budget de construction. Dans cette aile gauche ,on voit des peintures ( Sarah Bernhardt) , ou des sculptures de femme ,ou des vases de Galet ,de l'école de Nancy ,achats de la ville de Paris ou de dons de particuliers ,collections de 1880/1920 .  Ensuite nous nous dirigeons vers le jardin ,et la guide nous parle des mosaïques qui ornent le parterre et les murs du jardin: elles sont l'oeuvre de Facchina ,venu d'Italie ,et qui proposa d'abord ses services à l'architecte Garnier (Opéra de Paris) : en élaborant ses compositions en ateliers ,lesquelles sont appliquées directement sur les murs ou plafonds , il abaisse considérablement le coût .Dans le jardin ,des statues de zinc doré entourent le bateau , symbole de Paris .Puis on va dans les galeries pour remonter le temps (1880/1850) :on commence par voir des portraits réalistes de Roll(M.Alphand) ,de Giron( la Parisienne) ;de Duran (Mme Stern) ;de Pelez avec la pauvreté de Montmartre ,des sculptures :un paysan debout ,ou d'une femme nue  allongée (1848);ensuite des toiles de Courbet :  un unique tableau urbain , Proudhon avec ses enfants  ,et les Demoiselles au bord de l'eau; puis des  toiles de G.Doré ,fortement inspirées de la vie religieuse  ;puis des impressionnistes comme Sisley , Bonnard ,Cézanne . Nous terminons avec des sculptures de Carpeaux , les 3 Grâces ,et le puissant Ugolin et ses 4 enfants , allégorie de la sculpture de Laocoon avec ses 2 enfants tous dévorés par les serpents venimeux envoyés par Poseïdon  .(le grand prêtre Laocoon fut puni car il avait annoncé aux Troyens des malheurs fomentés par les Grecs) . Enfin une dernière sculpture de Carriès ,en cire , de lui-même ,et la salle à manger de Guimard ,art nouveau ,avec des armoires  fabriquées dans les boiseries des murs. Guimard étant devenu célèbre pour ses  enseignes de métro à Paris. Notre visite au Petit Palais s'achève vers 15h30 ,nous regagnons le car qui nous conduit vers le "Train Bleu" ,  Gare de Lyon. Une nouvelle guide Lucile ,nous y attend ,et commence par nous parler de ce magnifique espace de 850 m2 ,restauré en 60 jours+60 nuits en cet été 2014 . C'est une structure  de verre et de fer ,habillée de pierre de taille ,créée pour l'exposition universelle de 1900 ,de  l'architecte Toudoire qui avait déjà construit les gares de Bordeaux-St Jean , et  Toulouse-Matabiau  . La Tour de l'Horloge s'élève à 64m . Le buffet gare a été créé par Toudoire également ,avec 41 toiles  peintes par 27 peintres différents venus de la France entière, et qui connaissaient bien leur région d'origine :c'est une grande galerie de 100m pour acheter les billets ,avec des fresques invitant au voyage . Tous ces locaux appartenaient à la puissante société PLM ,avec un réseau de 9000km , inaugurés par le Président Loubet en 1901. Le luxueux train bleu partant d'ici  à 20h ,arrivait à Ventimille , 15h plus tard le lendemain , avec une vitesse de 73km/h ,le même trajet en calèche demandait 8j .Le buffet fut baptisé "Train Bleu" en 1967 par Chazal, en l'honneur du légendaire "Paris-Ventimille" .Le 1er TGV partit d'ici en 1981 pour Lyon .Ce bâtiment fut classé par Malraux en 1972 .Les toiles sont peintes en ateliers et collées sur les plafonds ;aucune craquelure ,seulement encrassées , d'où la restauration récente  .Deux grandes salles à manger : la Salle dorée  , la salle Réjane (nom de l'actrice célèbre) ,puis des salons : tunisien ,algérien et marocain . 110 personnes travaillent ici ,et le buffet assure 300 couverts /jour .Un excellent goûter nous est servi ,avec une boisson ,chaude ou froide, et notre visite s'achève vers 17h45 ;nous regagnons le car ,et route pour Beynes , arrivée vers 19h45.

Une excellente sortie pour tout le monde et merci à Marie-Jo , notre GO du jour .

 

MUSEE DE LA GRANDE GUERRE à MEAUX

       26 septembre 2014

webmaster

reçu le: 26 septembre

  Départ de Beynes à 7h45 et route pour Meaux située à quelque 97km, où nous arrivons vers 10h15.Dès l'entrée se dresse "La Liberté Eplorée" monument de 26m de hauteur ,érigé dès 1932 .Notre groupe de 34 participants se scinde en deux pour la visite,et nous commençons par la grande salle d'exposition ;puis avec la guide commence notre visite. Le pays était humilié par la défaite de 1870 ,perte de l'Alsace-Lorraine ,plus faim de la population(on mangeait du rat ); en 1870 l'empereur allemand se fait couronner dans la Galerie des Glaces à Versailles ,seconde humiliation. L'appétit allemand de Bismarck ,habile réunificateur du pays , croît exagérément  ,et on insuffle un esprit militaire important , avec un endoctrinement des enfants ,transformés en petits soldats. En France également le service militaire obligatoire de 2 ans en 1885 passe à 3 ans en 1905 ,avec des relents  de revanche pour les pays perdus ,et un retour au nationalisme très prononcé (Jeanne d'Arc ,les Gaulois  ,et le coq (gallus en latin). L'Allemagne déclare la guerre à la France le 3 août 1914 ,et les troupes belligérantes traversent la Belgique a priori neutre, (d'où l'entrée en guerre de la G.B. qui voulait assurer le respect de neutralité des Belges bafoués ,et par la Triple alliance les Russes), après une véritable boucherie le 22 août , et arrivent sur la Marne dès le 5 septembre .3 mois après s'organise la guerre des tranchées ,ni avancée  ni recul .De nombreuses exactions  sont commises par les troupes occupantes ,qui n'avaient pas beaucoup à manger .En août 1914 le Japon puis en octobre l'empire ottoman .En 1915 , la Bulgarie ,l'Italie  entrent en guerre et celle-ci devient mondiale .En 1916 c'est la bataille de la Somme ,en octobre 1917 les troupes russes se retirent du conflit pour consolider la révolution bolchévique ,mais le naufrage du Lusitania le 7 mai 1915 ,1200 passagers dont 200 Américains  ,coulé par un sous marin allemand ,plus le télégramme échangé entre le Mexique et l'Allemagne pour faire récupérer par Mexico 3 états (Texas, Arizona, Nouveau Mexique) dans une alliance entre ces 2 pays, entraînent dans la guerre les E.U. dès le 6 avril 1917 ;les Allemands commencent à reculer pour la 1ère fois pendant l'été 1918 ,les Autrichiens demandent la paix en septembre 1918 ,et c'est le 11 novembre 1918 à 11h que l'armistice est signé par les Allemands  à Rotonde dans un wagon blindé. Le traité définitif est signé à Versailles dans la Galerie des Glaces le 28 juin 1919 ; des dommages de guerre extrêmement importants sont demandés aux Allemands : Alsace et Lorraine rendues , Ruhr occupée , etc...qui préparèrent hélas ! le conflit suivant de 1939/1945.

Repas à l'auberge de Maître Kanter à Meaux ,où une délicieuse choucroute nous fut servie. Départ du restaurant vers 15h ,et notre guide nous attendait pour la 2de partie du programme : les sites de la 1ère bataille de la Marne ,bataille qui eut lieu entre le 6 et le 12 septembre 1914 :700 000 Français contre 750 000 Allemands .avec 250 000 pertes et 120 000 blessés ou disparus en nombre à peu près égal dans chaque camp. C'est entre Villeroy et Penchard que fut tué le 5 septembre 1914 le poète Charles Péguy , très courageux lieutenant d'artillerie ,marié et père de 3 enfants ,d'une balle au front. Nous passons dans les villages de Chaucolin ,Neuf Moutier ,Penchard ,Chambry avec un ossuaire de 990 corps: des troupes coloniales ,par milliers , payèrent un lourd tribut pendant ces tristes périodes de guerre ,ainsi que le relatent les stèles à leur nom . Le plus grand nombre de tués par la tête est constitué par nos compatriotes ,hélas ! avec un calot rouge ,très visible de loin .Leur pantalon rouge garance du début du conflit fut remplacé avantageusement par du bleu gris moins visible.

Retour à Meaux pour déposer notre guide Lully ,et à 17h30 route vers Beynes  ,où nous arrivons vers 20h15 après une bonne et émouvante sortie pour commémorer le centenaire de la Première Guerre Mondiale. Merci à notre accompagnateur Roger D.

 

VALLEE DU LOIR et LAVARDIN

12 juin 2014

webmaster

reçu le: 12 juin

  Départ de Beynes à 6h15 et route pour la Vallée du Loir où nous arrivons vers 9h à la gare de Thoré la Rochette (village de 1000h) et nous voilà à bord du train touristique de la vallée du Loir. Nous allons effectuer dans un autorail authentique (1951/1955) , équipé de 2 moteurs Renault de 77CV,  entre Thoré la Rochette et Trôo (36km aller-retour).Ces matériels ont été acheté à la SNCF en 1989 par la Sté TTVL.  Tout d’abord nous nous rendons vers Marcilly en Beauce ,plate-forme de Varennes ,où nous croisons le TGV atlantique ,à l’endroit même où il a battu le record du monde de vitesse : 515.3km/h le 18/5/1990 ; en 2007 ce record est passé à 574.8km/h. Puis nous retournons vers St Rimay (tunnel de 509m aux portes blindées),puis gare de Montoire (4500h) ou s’est déroulée l’entrevue historique Hitler-Pétain le 24 /10/1940 : un jeune étudiant en BTS  nous donne tous les renseignements quant à cette rencontre ,et sur la vie bouleversée des habitants de cette commune par cette rencontre  ,puis nous arrivons à  la gare de Trôo ,cité troglodytique ,et ses 300h  ,et ses trains miniatures . Ensuite retour à la gare de Thoré la Rochette ,  Maison du vin avec dégustation et achat boutique de produits du terroir ,stands tenus par des bénévoles. La TTVL est animée par 100 bénévoles ,11 conducteurs +1 conductrice ; elle transporte 6 000  voyageurs par an ,et en 2013 ,on a compté le 100 000ème voyageur.

Repas au Restaurant du Pont à Thoré la Rochette ,jusqu’à 14h30 ,et nous nous rendons en autocar au village de Lavardin pour la suite de notre programme.

A 15h15 ,nous accueillons nos 2 guides ,dont Laura ,pour 1 groupe , pour une visite à pied du village de Lavardin ,850 h , le plus français des villages de France.  Dans un site remarquable de la vallée du Loir ,Lavardin se blottit au pied des ruines de son château ,fin du Moyen Age  ,édifié sur un éperon rocheux ,et jamais  attaqué par les Rois anglais ,détruit par Henri IV ,en 1590 ,après une résistance de 3 semaines et demie  ; on y accède par un pont gothique à 8 arches ;les pierres  du château démantelé ont servi aux constructions de maisons du village. C’est avec son châtelet ,son donjon du 13è  ,sa triple enceinte  ,un des plus beaux monuments de cette vallée du Loir. Ensuite nous descendons vers le village lui-même et la guide nous montre la Maison de Florent Tissart  ,( 1530) , valet de fourrière(chargé de l’intendance des courtisans accompagnant le roi dans ses déplacements) du Roi François   1er. ,dont la tombe est dans l’église . On entre ensuite dans l’ancien prieuré de l’église  avec ses arcatures gothiques , où l’on vend des produits régionaux  actuellement . Puis on visite l’église St Genest  ,avec des murs de tuffeau rose-orangé ,et ses fresques  et peintures murales du 12è , découvertes ici  un peu par hasard en 1911/1913 ,par un abbé  curé de cette église romane , paroissiale , en grattant un peu plus les murs qui commençaient à se décrépir .Ces fresques sont maintenant inscrites au Patrimoine national ,et protégées .Le mur est recouvert d’une première couche d’enduit (chaux+sable)puis d’une 2de couche plus fine de chaux ;sur cet enduit encore humide ,l’artiste réalise ses dessins avec des peintures à l’eau ,teintes obtenues avec des pierres(parfois précieuses pour :le vert ) broyées. Il se produit une réaction chimique (carbonatation ) qui fixe les pigments et assure la solidité de la fresque ;mais parfois l’artiste ne réalise pas tout le même jour ,et termine son œuvre  à sec ,en retrempant les murs ,avec des pigments mélangés avec colles ,  lait,… et ces dernières sont moins résistantes ,et s’effacent avec le temps. Au XVIIè ,(Réforme et Contre-Réforme) , ces décors jugés  sans valeur ,  ont été recouverts d’enduit  ;c’est la découverte des peintures de St Savin sur Gartempe ,en 1840 qui va provoquer un intérêt et susciter des recherches  et études. La peinture murale la plus importante est celle du Christ en Majesté ,avec les 4  évangélistes au dessus de l’autel ;la guide nous a montré également :le baptême de Jésus ,l’arbre de Jessé (généalogie de Jésus) ,  le pélican nourrissant ses petits  de sa chair , la pesée des âmes par St Michel ,un ange  accompagne les élus au Paradis ,à la porte les attend St Pierre  ,tandis que 2 diables conduisent les damnés en enfer  . Des vitraux   13è .   

 Fin de la visite vers 17h et nous reprenons la route pour Beynes. Une journée extrêmement conviviale et des visites intéressantes. Merci  à Michèle B notre accompagnatrice du jour . 

 

        NOISIEL    et       CHAMPS/MARNE

               3 avril 2014

webmaster

       reçu le: 5 avril

  

Départ de Beynes à 8h et route vers Noisiel  située en Seine et Marne à quelque 80 km , avec une cinquantaine de participants . Et c’est à 10h15 qu’une  guide  nous accueille pour nous faire visiter la cité Menier .                                                                  Noisiel s’établit au bord de la Marne ,et c’est en 1825 que Jean Antoine Brutus Menier acquiert le moulin pour y installer sa fabrique de produits pharmaceutiques et de chocolat. Sous l’impulsion de Emile-Justin Menier l’entreprise connaît une extension considérable ,avec des bâtiments industriels et des logements ouvriers ;la cité ouvrière naît en 1874 :coquettes maisons de briques ,sur 3 longues rues parallèles ,sur les pentes du plateau de la Brie. Dans la partie sud de la commune la ferme du Buisson est intégrée dans un domaine agricole de 1500 ha. appartenant aux Menier .Noisiel conservera cette configuration jusqu’aux années 1960.Mais dans les années 1970 ,Noisiel connaît un nouveau bouleversement urbain avec son  intégration à la ville nouvelle de Marne la Vallée .Un monument trône au milieu de la place ,dédié à Emile –Justin Menier ,fondateur de la cité Menier ,avec les plus anciens équipements collectifs  , aux façades de briques ornées de frises de carreaux de céramique :les écoles(F-G) ,  aujourd’hui hôtel de ville ,les magasins d’approvisionnement ,les réfectoires des ouvriers , 2 hôtels restaurants et un coiffeur. Puis sur l’autre place Gaston Menier on voit 2 édifices qui se répondent symétriquement :le bâtiment des Pompes et l’ancienne mairie ;sa décoration intérieure  évoque tout à la fois Noisiel ,la République et la famille Menier. La chocolaterie Menier fut en 1889 la plus grosse chocolaterie du monde ,avec 13943 tonnes de chocolat et 1596 ouvriers. Après la 2de guerre mondiale ,c’est le déclin ,et la marque est vendue dès 1959 ,rachetée par Mackintosch (smarties et Lion),puis acquise à son tour par Nestlé en 1988 ,qui en fait son siège avec 2000 employés.  La guide nous quitte vers 12h30 , et c’est en car que nous nous rendons à la Ferme du Buisson pour le déjeuner : un excellent repas nous est servi .                                        Nous regagnons le car vers 15h15 ,et nous dirigeons vers Champs/Marne , pour la visite du Château.                                                                                                      Edifié entre 1703 et 1707 ,il passe en 1718 à la Princesse de Conti ,qui le donne à son cousin ,le duc de la Vallière. Son fils entreprend de grands travaux ,et le domaine est alors habité par la marquise de Pompadour. A la Révolution ,le domaine est vendu ,et c’est le banquier Louis Cahen d’Anvers qui l’acquiert en 1895, et le château est restauré par l’architecte Destailleur .En 1935 ,Charles , fils de Louis ,donne le château à l’Etat, et de 1939 à 1975 ,il est utilisé pour la réception des chefs d’Etat étrangers. Après d’ importants travaux pendant 6 ans  le château est rouvert au public. On commence la visite par le 1er étage ,en y accédant grâce à un imposant escalier d’honneur :salon de musique ,puis chambre bleue ,chambre d’honneur et salon et chambre des Cahen, avec salles de bains .Puis descente au RdC  ,un grand salon qui ouvre sur le jardin par 3 grandes baies vitrées cintrées. Fumoir , salon chinois ,salon rouge ,bibliothèque ,puis salle à manger. Des cuisines et enfin une salle à manger pour les enfants. Nous pouvons nous promener longuement dans le parc ,et ensuite nous regagnons le car pour repartir à 17h . Arrivée à Beynes vers 18h30 .

Une excellente journée pour tous les participants ,une sortie très intéressante  qui nous a tous ravis, et merci à  notre guide Roger D.

 

           CHERBOURG

          20/21 mars 2014

webmaster

reçu le: 22 mars

             

1er jour: Départ de Beynes vers 6h15  et route vers Cherbourg que nous atteignons vers 11h15 , après une pause autoroutière d'une heure. Ville de 45 000 habitants ,dans  une agglomération de 100 000h. Déjeuner à "La Marina" et on nous sert une superbe choucroute de la mer.Puis vers 14h ,nous partons vers la manufacture de parapluies ,société créée par J-P YVON ,qui nous parle longuement de son entreprise ,démarrée en 1981 ,en fonction dès 1986 ,et qui fabrique le " véritable Cherbourg" ,que ses 7 employé(e)s polyvalents ,élaborent devant nous ,depuis la coupe du tissu ,la broderie du médaillon , les coutures des 6 pans  , l'installation de l'ossature métallique ,et jusqu'à la finition en retirant les faux plis par un système de jet de vapeur ,et enfin le séchage pendant 12h.Synonyme d'élégance ,la marque de prestige a été adoptée par les Normands et les plus grands de ce monde. Fin de la visite et direction hôtel "le Chantereyne" situé près du port. Dîner à 20h ,au restaurant tout proche, avec un excellent repas avec poisson.                                                                              2ème jour: Petit déjeuner à l'hôtel ,et départ pour 9h30 vers la Cité de la Mer: ancienne gare transatlantique de Cherbourg ,inaugurée le 29 avril 2002 .Une visite extraordinaire nous attendait :pénétrer dans les entrailles du sous-marin nucléaire "Le Redoutable" lanceur de missiles à têtes nucléaires , et arpenter pendant près de 45mn ce bâtiment. Le Redoutable a été construit à Cherbourg ,lancé le 29 mars 1967 ,retiré le 13 décembre 1991 ,et accueilli dans une darse  de 136mx19 m .Conçu pour faire cohabiter 135 hommes ,dont 15 officiers ,à la vitesse de 20 noeuds(35km/h) ,pendant 70 jours, avec 16 fusées, et une centrale nucléaire égale à celle de Flamenville. Ce bâtiment navigue en plongée entre 50 à 200m de profondeur, produit son électricité capable d'alimenter une ville de 100 000habitants ,filtrant l'eau de mer, d'une part pour la transformer en eau douce et aussi ,y puiser l'oxygène pour l'air ambiant. Les hommes font les" trois 8 " ,et nous visitons leurs cuisines ,la boulangerie ,les salles à manger,de relaxation, cafétéria ,cabines personnelles ou collectives. Enfin nous traversons la pièce lance-torpilles ,avec portée de 15km et 300kg de TNT .Déjeuner au "Quai des Mers"  situé dans cette cité de la mer, puis visite de " l'aquarium " avec ses 3 niveaux et un immense aquarium abyssal de 10.70m de profondeur , rempli de plus de mille espèces de poissons, visite de "Titanic"un espace d'exposition permanente qui nous fait revivre la traversée du Titanic depuis son escale à Cherbourg le 10avril 1912, naufragé le 14 avril 1912 à 23h40 et coulé le 15 avril 1912 à 2h20 ;puis  départ vers les Amériques dans la salle des bagages .Enfin une attraction pour une visite virtuelle des fonds abyssaux  "on a marché sous la mer" pendant 1 petite heure  ,et  fin vers 16h30 , retour vers Beynes où nous arrivons pour 21h.

  Un excellent voyage et grande satisfaction de tous les participants ,et qu'on ne vienne pas dire qu'à " Cherbourg il pleut toujours !".Merci à ALED pour cette belle sortie et à Michèle B. notre dévouée accompagnatrice.

 

MERIEL/OISE   et_BEAUMONT/OISE

webmaster

reçu le: 13 février 2014

                 

Départ de Beynes à 8h et route vers Mériel/Oise située en Val d’Oise vingt et un participants . Nous arrivons vers 10h et une hôtesse nous accueille dans la bibliothèque –Musée  de la ville pour nous faire visiter ces lieux .Elle nous conduit au 2d étage et nous laisse voir un film traçant les principales étapes de la vie  de Jean MORGORNE dit Jean GABIN .S’ensuit une longue et intéressante visite de lettres et  photos exposées ,  lettres rédigées par des acteurs  et personnalités célèbres du cinéma que Jean Gabin a cotoyés pendant sa longue carrière cinématographique  avec 95 films tournés, dont : Gueule d’amour, La Bête humaine ,Quai des brumes ,Les Misérables (en 2 époques) ,3 Maigret ,etc…                                                                                                     Jean Gabin est né le 17 mai 1904 à Paris , 7ème et dernier enfant de la famille  ,et a grandi à Mériel/Oise . Après son certificat d’études ,il a fait des petits boulots ,jusqu’à sa rencontre à Paris autour de ses 18 /20 ans avec le monde des arts et du spectacle ,son père étant acteur de café-concert  à Paris, et sa mère chanteuse . Ensuite la guide nous mène à la maison où a vécu l’acteur ,puis au cimetière où sont enterrés des membres de sa famille (parents ,sœurs ,etc..).Dans l’église ,on nous montre un tableau peint par sa sœur aînée représentant le Christ en Croix .Jean Gabin s’est remarié en 1949 , et père de  3 enfants. Il est décédé en 1976 ,à l’âge de 72 ans , d’une leucémie foudroyante ,à Neuilly/Seine .Selon sa volonté , ses cendres ont été dispersées au large de Brest par son ami acteur  et complice Alain Delon .                                                 Départ en car pour le restaurant situé à Beaumont/Oise , à quelque 4km de Mériel.         Un excellent repas nous est servi à la Taverne  Beaumontoise  .                                   Vers 14h ,départ à pied pour le Cinéma-Palace de Beaumont .Construit au début du XXème siècle ,vers 1910 ,le toit du bâtiment fut édifié à l’aide de charpentes métalliques provenant des pavillons de l’exposition universelle de Paris 1900.Il a ouvert en 1928 , en cinéma muet .La cabine de projection était accrochée à la façade ,avec ses 2 tours ,  l’opérateur ne pouvant y accéder que par l’extérieur ,à l’aide d’une échelle . Salle multifonctions :cinéma et attractions diverses(chanteurs, prestidigitateurs, patin à roulettes ,dancing , music-hall , etc..).En 1955 , aménagement intérieur important du cinéma , avec importants travaux en staff (mélange, ininflammable, de plâtre et de filasse, et neutre acoustiquement)                                                                                                      C’est dans cette salle que Charles AZNAVOUR fit son premier récital ,et dans les années 1984/1986 et jusqu’en l’an 2000 , Eddy MITCHELL y tourna régulièrement les émissions de télévision « la dernière séance »  de la 3èmechaîne.                                                  Aujourd’hui propriété de la ville de BEAUMONT/OISE  ,ce cinéma est inscrit à l’inventaire des monuments historiques depuis 1990 .                                                               Ensuite nous assistons à la projection du film de Jean Renoir , de 1954 , « French Cancan »,sorti en France en 1955 .Ce film, en couleurs , de 1h47 ,  relate l’histoire du music hall ,et plus particulièrement celle du Moulin Rouge de Paris . Acteurs entre autres  : Maria Félix, Françoise Arnoul ,Michel Piccoli ,Philippe Clay(dont c’est le 1er film) ,Giani  Esposito et bien entendu Jean Gabin  ;la nostalgique complainte de la butte est chantée par Cora Vaucaire.

Fin des activités vers 17h et retour vers Beynes ,arrivée à 18h30.

                                                                                                                                Une excellente journée pour tous les participants ,une sortie originale  qui nous a tous ravis  , et merci à  notre guide Paulette .

 

 

PONTHIERRY +BARBIZON

webmaster

reçu le: 14 novembre 2013

 

Départ de Beynes à 8h et route vers Ponthierry,  située en Seine et Marne, avec une cinquantaine de  participants . Nous arrivons vers 10h et une hôtesse nous accueille pour nous faire visiter l’entreprise des papiers peints Leroy .La première manufacture Leroy date de 1840 fondée par Louis Isidore Leroy à Paris. Puis Leroy quitte la capitale et s’installe à Ponthierry  ,village de moins de 500 habitants ,  (12 à 13 000 habitants actuellement)  , la construction date de  1910 sur  une surface de 28 000m2  ,située entre la Seine et la voie ferrée ,et devient opérationnelle en 1919..Bombardée pendant la guerre (1/8/1944)  elle fut reconstruite ,mais hélas ! un incendie  intervint le 24/10/1972 , et nouvelle reconstruction.  En 1982 , soit pendant 140 ans  ,on a créé  et fabriqué du papier peint chez Leroy .A sa fermeture ,la manufacture comptait 700  ouvriers , tous  licenciés économiques  , et   ce fut un choc pour la ville . Cependant les employés purent également acheter leur logement dans les cités ouvrières créées par la famille Leroy  pendant 4 générations , société paternaliste  ,offrant de nombreux avantages au personnel  .L’ensemble est devenu un espace culturel en 2011  ,inauguré par Catherine Deneuve ,voisine des lieux.   La guide nous montre la machine génératrice d’électricité  qui servait à  faire tourner toutes les machines de l’usine , pour  rester ainsi  indépendants du réseau  électrique EDF .On passe devant des cylindres de bois (sycomores)  gravés  pour  inscrire les motifs ; chaque cylindre  possède une couleur  précise ,pour ne pas mélanger les couleurs entre elles .Puis nous passons devant la machine  à impression continue ,machine créée en 1878  et qui fonctionna jusqu’en 1960  , avec ses 26 couleurs , machine unique au monde  ,et donc  en un seul passage  ,le papier pouvait recevoir les 26 couleurs :  la production devenait ainsi industrielle . Leroy a créé le premier papier peint pré-encollé  en 1969  , et l’héliogravure (superpositions de couleurs) . Cependant le décrochage intervint surtout après l’apparition du papier  vinyle  , que l’entreprise ne produisait pas . Le papier standard nécessite 12 couleurs et donc  on imagine aisément que 26 couleurs constitue une prouesse technique   extraordinaire .      Fin de la visite à 11h45 et départ en car vers le restaurant  situé à Barbizon .                                                                                     A 14h ,nous nous dirigeons vers le Musée  Municipal  de l’Ecole de Barbizon ,situé dans l’ancienne auberge Ganne.                                                                                       C’est en 1831 que les épiciers Ganne deviennent aubergistes , en hébergeant des peintres  jeunes (21 ans d’âge moyen ) épris de liberté et qui veulent étudier  des paysages  ,peinture avant- gardiste  qui apparaît déjà en Grande Bretagne . On pénètre dans l’épicerie qui  est la salle d’accueil ,et la chambre à coucher des époux Ganne ;suit la chambre des officiers,en souvenir du séjour  de militaires . Barbizon alors comptait quelque 70 maisons dans la rue principale du hameau , rural essentiellement . Les peintres :Corot , Millet , Rousseau ,Diaz  , entre autres  ,  ont séjourné ici ,et ont peint sur les portes d’armoires , sur les murs , sur les meubles  .Au 1er étage ,se trouvent les chambres dortoirs des peintres , et les murs sont  remplis de trous  car les peintres fixaient  sur les murs leurs œuvres pour les faire sécher .  Cette auberge fonctionna jusqu’en 1870 ,mort de M.Ganne ,et  faute de clients ,la fille Ganne va fermer ce lieu  ,et s’installe alors dans une 2de auberge  dans la villa des artistes en y transportant  les décors . La maison passa de mains en mains et  le 1er musée ouvrit en 1934 ;le propriétaire mourut en 1936 ,et sa veuve  loua les chambres  ,et c’est en 1988  que la Mairie  acheta cette maison pour la transformer en Musée .On découvrit alors les peintures murales en grattant les murs. De nombreux tableaux de Corot ,Millet ,Rousseau ,Chaigneau ornent les murs de ce Musée , déposés ici  par le Musée d’Orsay  ou propriétés  propres de la Mairie.   Un spectacle de 30mn nous présente l’historique de  l’Ecole de Barbizon :peintures de paysages (forêts et plaines avec  animaux) ,facilitées par l’invention des tubes de couleurs  transportables . Fin de la visite à 17h ,retour à Beynes  à   19h.   

         Une excellente journée pour tous les participants ,et merci à Michèle B. notre guide du jour.

 

              Porcheville

webmaster

reçu le: 24 octobre 2013

           

Départ de Beynes à 13h en covoiturage pour Porcheville ,pour une visite de cette centrale thermique à flamme , alimentée par du fioul lourd venant du Havre par bateau , et exploitée par EDF .Nous sommes accueillis par une charmante guide Amandine qui nous présente l’entreprise EDF et en particulier cette centrale.                                                              La centrale de Porcheville a été construite entre 1968 et 1975 ,en bordure de la Seine  ,et comprend 4 unités de production de 600MW ,soit une production totale de 2400 MW, ce qui correspond à la consommation électrique de Paris intra-muros. Depuis 2008 la centrale a été modernisée et le fioul utilisé est de très basse  teneur en soufre ; il y a ici 245 salariés EDF et 100 prestataires permanents d’entreprises .Les deux cheminées ont une hauteur de 220m pour évacuer les fumées , nettement au-dessus des 70m de hauteur des falaises qui lui font face sur l’autre rive du fleuve.                                                                           On note 4 métiers principaux chez EDF :                                                                Production d’électricité, EDF est le 1er mondial actuellement.                                    Transport et distribution par rte et erdf                                                                     Commercialisation d’énergie et  services                                                                Négoce des ressources :achat du pétrole ,charbon au meilleur prix.

EDF comprend 104 000 salariés et 26 millions de clients en France. En 2011 ,le nucléaire représente 89.17% ,le thermique à flamme 3.46% ,l’hydraulique 7.26% et 0.11% pour les autres énergies renouvelables. Le parc français possède 19 sites de centrales nucléaires , 22 tranches thermiques à flamme ,435 centrales hydrauliques. Ensuite nous déambulons dans le site :tout d’abord nous passons devant  les immenses réserves d’entrepôt du fioul ,puis nous pénétrons dans l’enceinte de l’usine ; présentation des unités de production :la combustion (chauffage de l’eau) ,évacuée sous haute pression en  vapeur et à très haute température qui fait tourner les turbines ,puis alternateurs d’où production de courant  de très haut voltage et de très haut ampérage. D’autres appareils qui suivent viennent ensuite réduire ces deux éléments pour pouvoir transporter le courant électrique et l’acheminer jusqu’aux consommateurs .Après les turbines ,il y a refroidissement des vapeurs d’eau grâce à un condenseur et l’eau retourne vers la chambre de combustion ,et ainsi de suite .Ensuite nous montons jusqu’au 4ème étage à 42m  pour voir au plus près ces machines ; redescendons au niveau 1er étage ,à  11m ,pour entrer dans les salles d’équipes de conduite qui pilotent ces unités de production et assurent 24h/24 la disponibilité des installations pour alimenter le réseau électrique national. Des équipes de maintenance assurent l’entretien  de l’outil industriel  ,en particulier lors des opérations programmées d’arrêts annuels  des machines. Toutes ces équipes sont assistées par des équipes d’inginierie .L’environnement est constamment surveillé par des contrôles de qualité de l’air ,du débit et de la température des eaux évacuées dans les bassins  avant leur acheminement dans le fleuve(pas plus de 3°supérieur par rapport à  l’eau du fleuve) ,et  des dépoussiéreurs .

Cette centrale est dirigée actuellement par Marie-Elisabeth Fernandes , ingénieur des Arts et Métiers ,depuis 20 ans chez EDF.

 Fin de la visite vers 16h30 , goûter  gourmand  et retour vers Beynes .Une visite extrêmement enrichissante et merci à Paulette notre accompagnatrice .

 

 

 

Dieppe ,station balnéaire

webmaster

reçu le: 10 octobre 2013

 Départ de Beynes à 8h et direction Dieppe ,en Seine Maritime ,où nous arrivons pour 10h. En attendant de prendre le petit train touristique ,nous avons un petit temps libre ,et nous découvrons en train ,pendant 1h environ , la ville de Dieppe. Ville de 36 000habitants ,située à l’embouchure de l’Arques .Nous passons devant l’Hôtel des Oratoriens , l’Hôtel d’Anvers  de 1697 , plus loin nous voyons les falaises blanches de 50 à 100 m de hauteur , avec leurs coulées de silex ,puis nous longeons  la côte  avec des plages de galets  et , devant le front de mer des pelouses  vertes sur 8 ha .Des trous ou gobes  dans les falaises , d’où on a extrait la marne ,qui a servi  , en mélangeant avec du sable marin , à fabriquer des briques avec lesquelles on a bâti les maisons de la ville. Dans ces trous , on a conservé les bananes , puisque Dieppe fut longtemps le 1er port bananier  français. Puis on nous montre la chapelle des marins ,dite du  Bon Secours  ,datant de 1876.Nous passons ensuite devant le square des Canadiens ,  avec une stèle  évoquant le débarquement du 19 août 1942 , débarquement anglo-canadien de 6000 hommes , et qui fit 1200 morts Canadiens ,  1800 prisonniers . Quatre grandes activités du port de Dieppe , actuellement 12ème port français  : trafic transmonde ( dont le  trafic avec Newhaven en 4h pour 160km de traversée), commerce , plaisance et pêche  avec 50 bateaux  ,10 000 tonnes de poissons  pêchés/an ,et coquilles St Jacques (du 1/10 au 15/5)  ,produits de cette pêche vendue à la criée . Un port à sec  à 4 étages se construit actuellement  pour des bateaux de particuliers de moins de 7m .Dieppe subit la Bombarderie anglo-hollandaise  en juillet 1694 ,puis un incendie important en 1738 .Au loin le Château fort - Musée  qui vit séjourner François 1er ,  Henri IV , Louis XIV ,  Napoléon III et Eugénie, racheté par la Mairie et qui contient de nombreux tableaux et collections d’ivoires . Nous longeons ensuite l’église St Rémy de style Renaissance ,et on arrive sur la Place du Puits salé ,où se trouve le plus ancien café de Dieppe : le Café des Tribunaux ; puis l’église gothique  St Jacques  du XIVè  ,flanquée d’ une tour du XVè   , le plus bel édifice  religieux de Dieppe .Enfin nous passons devant la plus vieille maison de la ville  ,qui date de 1624 , qui va devenir musée de la ville. Enfin nous sommes dans la rue Ango ,où se trouvent les 2 derniers ateliers ivoiriers de la ville (en France il n’en reste plus que 5 ) , dont celui de la famille Colette  ,ivoiriers depuis plusieurs générations. Dieppe est déjà une ville balnéaire sous le 1er empire ,plage la plus proche de Paris ,1ère station balnéaire de France jusqu’en 1914.

 Repas au Casino Partouche de la ville ,avec vue sur la mer  ,jusqu’à 14h .

 Nous reprenons l’autocar et nous nous rendons au Château-Musée édifié par C.Desmarets au XVè siècle , sur les hauteurs de la ville. Dans l’entrée un buste de Jehan Ango (1480/1551) , armateur ,représentant le Seigneur de Dieppe  ,  nommé gouverneur de cette ville par François 1er .Un grand planisphère Portulon datant de 1546 , par Pierre Desceliers ,nous montre l’état du monde  à cette date ,et on y voit des hommes à tête de chien ,mentionnés aussi par Pline ,ou Marco Polo dans leurs écrits .De ces lointains voyages , on  ramenait des épices ,des tissus , des ivoires ,de l’or ,et du bois de brése (d’où le nom de Brésil donné à la contrée explorée succédant au 1er nom de Terre de Santa Cruz). Les deux frères Verrazano partirent de Dieppe , envoyés par Ango .Puis on visite des salles renfermant de précieuses et exceptionnelles collections d’ivoires :articles religieux ou profanes : médaillons ,maquettes de bateaux ,tabatières etc… ,et enfin  des salles de tableaux contemporains. Fin de la visite à 16h30 ,départ de Dieppe et retour vers Beynes où nous arrivons pour 19h.

Une excellente journée d’excursion et de découverte de cette ville. Merci à Paulette notre accompagnatrice.

            

 

 

Cadre Noir de Saumur

webmaster

reçu le: 26 septembre 2013

  Départ de Beynes à 5h45 ,et route vers Saumur ,située à 301km d’après Mappy ,avec une quarantaine de participants , pour la visite du Cadre Noir , dans un domaine de 300 ha.Nous arrivons vers 10h et nous allons  au Manège pour un spectacle  d’une heure :

·         dressage avec 8 chevaux et leurs écuyers ,chevaux non ferrés aux pattes postérieures.

·          présentation académique à la Française avec une écuyère :galop à droite ,galop à gauche ,pirouette  ,changement de pied toutes les 3 foulées ,puis toutes les 2 foulées ,et même à chaque changement de pied .

·          Puis avec deux superbes bêtes :Kiwi (âgé de 15 ans ,à robe grise)et Ristan (à robe marron   ) nous assistons à  un saut de  table , d’une chaise ,d’un piquet , de  2 piquets consécutifs , puis 3 piquets consécutifs  ,et enfin 3 piquets sans réglette au-dessus :un véritable exploit car le cheval ne voit pas l’obstacle  ,et c’est bien une harmonie parfaite entre le cheval et son écuyer .

·         Puis ce fut le tour du cheval portugais Zeus à robe grise  avec son écuyère  Laurence Sautet , avec la musique de  Carmen  .

·         Belle exhibition de dressage avec 9 chevaux et leurs écuyers, dont une écuyère  .

Nous regagnons le car et nous nous dirigeons vers le restaurant Logis de France situé à proximité pour le repas jusqu’à 14h.

 Nous repartons ensuite vers l’école d’équitation pour une visite guidée  d’une bonne heure  de l’école ,et notre guide Francisco ,nous donne beaucoup de renseignements sur cette école :L’école nationale d’équitation est une école civile créée en 1972 qui dépend  du Ministère des Sports ,Agriculture et Pêche , avec ses  40 écuyers ( 6/7 sont militaires  et 3 femmes écuyères ,la première  recrutée en 1984) ;le Cadre Noir  était à l’origine militaire et c’est en 1815 que  Louis XVIII ouvre une Ecole de Cavalerie  des Troupes à cheval à Saumur .L’uniforme des officiers et sous-officiers  était noir  , d’où le nom de Cadre Noir . L’Ecuyer en Chef actuel est le Colonel Faure. Il y a 3 maîtres-écuyers, dont J.J. qui a participé aux JO en 1992.Pour y entrer il faut être bachelier ,avoir 18 ans  ,et être bon cavalier. L’enseignement est dispensé par des écuyers instructeurs (professeurs)  reçus par concours ouverts aux  moins de  30 ans   et qui ont  déjà participé  aux compétitions internationales  .L’école  donne une formation  avec diplôme  .170 personnes travaillent dans cette école :40 écuyers + 50/60 soigneurs +3 vétos et 5 infirmiers + etc…350 chevaux(selle français +anglo-arabes+quelques portugais+hanovriens+belges) sont confiés aux écuyers ,et chacun s’occupe de 4 à 9/13 chevaux par jour pour un travail quotidien avec :

·         Compétitions nationales et internationales

·         Formation d’athlètes  et de sportifs de haut niveau en ce qui concerne les écuyers

·         Recherche pour l’amélioration des performances  sportives ,déstresser les chevaux , problèmes de sellerie etc…

·         Manifestations de prestige se produisant dans le monde entier : Tokyo ,Abou  Daby ,Hong Kong etc…

Les chevaux sont achetés à l’âge de 3 ans ,et opérationnels  jusqu’à 18/20 ans.L’école consomme 2500 tonnes de paille /an et produit 6000 tonnes de fumier/an .8/10 kg de foin + 3/5 kg de floconnets +30/50l d’eau , en 4 repas,  sont nécessaires à chaque cheval /jour . 1 douche quotidienne l’été ,un peu moins l’hiver,suivie de séances de séchoir  avec des rampes à lampes infrarouges .Puis vient l’âge de leur retraite , et alors ils sont vendus à des particuliers  que l’école a préalablement sélectionnés . L’école possède 7 manèges ,et des grandes écuries que nous visitons également  ,et nous voyons entre autres certains chevaux ayant participé aux démonstrations du matin .Ensuite nous passons à la sellerie , toutes les selles sont en daim blanc lors des démonstrations et en noir pour les séances d’entraînement. Notre visite s’achève alors ,il est 16h et nous regagnons Beynes pour 20h ,après une excellente journée de découverte de cette école prestigieuse :l’Ecole Nationale d’Equitation de Saumur.

Une excellente journée  dans une école prestigieuse .Merci à Michèle B. notre accompagnatrice.

 

Verneuil/Avre

             et Balines

webmaster

reçu le: 7 juin 2013

  Départ de Beynes à 8h30 et direction Verneuil -sur- Avre ( 27130) où nous arrivons vers 10h.Un jeune guide sympathique  nous présente cette ville moyenâgeuse créée en 1120 , de 7000 habitants actuellement  ,avec son église Ste Madeleine du XIIè  , avec un clocher imposant de 56m de haut ,gothique flamboyant  .Puis il nous conduit  à la maison à tourelle ,2de moitié du XVème ,au décor sculpté. De nombreuses maisons  à pans de bois datant des XVème et XVIème siècles ,et une série d'élégants hôtels particuliers  des XVIè ,XVIIè et XVIIIè siècles : hôtel de Bournonville ,de Gensac ,de la Rousserie et de la Pihalière .Près de l'espace St Laurent se dresse la Tour grise ,donjon en grison par Philippe Auguste en 1204.Puis le guide nous mène vers la rue des tanneurs  ,et on peut admirer une belle maison à pans de bois du XVIè ,ornée de 4 personnages  sculptés .

Déjeuner au motel restaurant le Grill St Martin ,puis continuation de la visite par l'abbaye Saint Nicolas : En 1623 ,Charlotte de Hautemer ,veuve de l'ancien gouverneur de la ville ,acheta  des terrains et maisons pour y construire un monastère ,où elle fit admettre entre autre ses 8 filles ;la 1ère abbesse fut Scolastique de Médavy ,et le prieuré fut transformé en abbaye royale. On dénombra jusqu'à 100 religieuses ,et les dernières moniales quittèrent les lieux en septembre 2001.On visite le réfectoire ,la bibliothèque ,l'église  ,et la crypte .Un cimetière  de tombes des religieuses ,enterrées là  jusqu'en 2000 .On prend le car qui nous mène ensuite à la ferme du Louvier ,à Balines(27130) ,où un couple s'occupe de l'exploitation de  4500 poules , 45 truies et 7 verrats  , et d'une charcuterie où on peut acheter les produits fermiers élaborés sur place . Dégustation de charcuterie , cidre , pain d'épice ,et fraises et départ pour Beynes , arrivée à 19h15.

Une excellente journée  avec un magnifique beau temps .Merci à Michèle B. notre GO du jour .

 

St Aquilin de Pacy et Croisière sur le Seine

webmaster

reçu le:18 décembre 2012

  Départ de Beynes à 8h , et direction Saint-Aquilin-de Pacy (département de l’Eure),commune située  tout près de Pacy/Eure, où nous arrivons vers 9h45 .Un  petit déjeuner nous est offert  dans une vaste salle ,suivie vers 10h30 d’une présentation  de divers  objets proposés par le sponsor  français  , R.S. Distribution  située dans le département des deux Sèvres  , à savoir :   un lit articulé à lattes , avec un superbe matelas compressé ,en  fibres de bambou  , qui se gonfle tout seul , lorsqu’on l’aura sorti de son  enveloppe usinée par des machines , accompagné de sur -matelas , et d’oreillers ;s'ensuit après  ,  un appareil pour  faire des exercices  préventifs et curatifs  pour les membres supérieurs : épaules , poignets , coudes et également les membres inférieurs :jambes ,genoux ,pieds  ,avec l’avantage que c’est l’appareil qui travaille et on n’a plus qu’à se laisser guider . La séance démonstration des produits s’achève vers 13h   et nous  déjeunons ensuite  jusqu’à 14h30.Ensuite départ en autocar pour Paris , pour une croisière sur la Seine à bord d’un bateau –vedette du Pont de l’Alma  ,et ce pendant 1 heure .Une charmante guide nous montre les différents monuments de la capitale  . Nous regagnons l’autocar et , le chauffeur nous promène  pour voir les illuminations de la capitale pendant cette période précédant Noël :le Boulevard Haussmann avec les grands magasins , les Champs Elysées , l’avenue Montaigne , puis la place des Vosges ; on en prend plein les yeux  avec toutes les décorations  et illuminations de Noël .  Et ensuite nous nous dirigeons vers Beynes  , arrivée 20h .  Mais notre journée ne s’achève pas encore complètement : en effet une belle et grosse  dinde de plus de 3 kg  est offerte à chaque participant .                                                                                 Merci à René  , notre  président , et G.O. du jour.                                                              Vraiment une  très belle  et très agréable journée  passée ensemble  avec ALED  !

 

Musée Ecole vétérinaire

webmaster

reçu le:13 décembre 2012

  Départ de Beynes à 13h pour l' Ecole vétérinaire de Maisons-Alfort. Nous devons visiter le Musée Fragonard situé dans cette Ecole ,rouvert depuis 1991 et rénové en 2008. Honoré Fragonard ,cousin du peintre ,était un anatomiste français du XVIIIème . Une charmante guide  ,élève en 2de année , nous montre pour commencer différents cranes d'animaux :cheval, chien ,chat , boeuf ,oiseaux , etc... ,et également 4 cranes humains. Puis nous voyons des os diversement coloriés à objectif pédagogique; puis des estomacs , des panses  ,des  viscères (foie ,rate ,pancréas ,colons et intestins ) grandeur nature et qui nous paraissent tellement énormes ! des poumons et des arbres   bronchiques  ,une salle des mâchoires animales  ,puis une 3 ème salle des pathologies  osseuses : lésions osseuses diverses , calculs rénaux et de la vésicule , tuberculose . Des monstruosités :veau à 2 têtes ,moutons à 5 pattes  , etc... Et  notre visite s'achève alors dans une salle extraordinaire ,à l'hygrométrie et la température stables ,renfermant les Ecorchés de Fragonard  enfermés dans des vitrines : cadavres d'humains et d'animaux  disséqués pour mettre à jour tous les organes ,veines , tendons  ,colorés de diverses teintes  ,puis  momifiés et recouverts d'une résine de mélèze et de térébenthine ,pour la conservation ,  à l'origine de l'absence  d'attaque par les insectes  destructeurs ,et qui sont là depuis 1766-1771 :un cavalier sur son cheval ,un homme à la mandibule ,un lama ,  3 foetus humains  etc... ! Un spectacle  unique qui nous laisse tous pantois ! Retour vers Beynes  à 17h ,et arrivée 18h20. Une visite  exceptionnelle. Merci à  Paulette , notre  GO du jour .

 

Maison du Fontainier

webmaster

reçu le:24 novembre 2012

  C'est le regard N°27 de l'aqueduc  Médicis long de 13km ,construit au XVIIème siècle par Marie de Médicis pour alimenter en eau Paris et aussi le Palais qu'elle se faisait construire (Sénat actuel) .Beaucoup d'intérêt pour cette visite qui totalise 31 participants ,avec un conférencier remarquable par ses explications et sa pédagogie. Une excellente sortie pour tous ,et nos remerciements à Roger ,gentil organisateur .Si vous désirez avoir un plus long récit de cette visite ,me contacter par mail.

 

CREIL

webmaster

reçu le: 13 novembre 2012

  Départ de Beynes à 8h  , et direction Creil dans l’Oise  où nous arrivons pour 10h15 dans la demeure des GALLE-JUILLET  ,un château du 19è siècle donné à  la ville de Creil ,à condition de le transformer en Musée , sans dénaturer les lieux  . On entre dans cette demeure  par la cuisine  avec tous ses ustensiles en cuivre :casseroles   suspendues , daubières ,etc… et il y a même un four  pour y faire cuire le pain ;s’ensuit la salle à manger  avec la table mise :des assiettes  de faïence et des verres de cristal ;une riche armoire contient de la belle vaisselle d’époque ; puis nous traversons différentes  pièces : fumoir pour les hommes , salle de jeux ,  chambres à coucher , et ce sur deux niveaux  ,et toutes les pièces  sont entièrement meublées .Nous traversons la cour et nous nous rendons alors au Musée de la Faïence . Notre guide nous parle de la faïence de Creil  manufacturée  par Jacques Bagnall  et mise en parallèle avec la faïence anglaise de  Josiah Wedgwood , les deux orfèvres en la matière ayant passé leur enfance dans le même village de  Burslem en Angleterre  à quelque 30 ans d’écart. Bagnall  ayant acquis une maison à Creil , futur musée Gallé-Juillet .Nous voyons de belles et importantes collections de services de table ,puis  dans une autre pièce , deux belles armoires à tiroirs multiples contenant  une très importante collection de coquillages .

Nous rejoignons notre car et nous nous rendons au restaurant « la Ferme de Vaux » à Creil pour déjeuner jusqu’à 14h15, et route  pour le 6 rue des usines , à la clouterie Rivierre .

Cette usine fut fondée en 1888 par Théodore Rivierre  , et  reste actuellement la seule entreprise en France à fabriquer  des clous forgés. Le dernier repreneur  a acheté l’usine en 2006 .Les ouvriers  et employés sont au nombre de 18 , contre 400 en 1900. Ils sortent 2800 références de clous , semences  , pointes et piques . Les bâtiments visités ont été construits entre  1888 et  1901 .

La guide nous explique les différentes étapes : l’usine achète des bobines de 2 tonnes de fil d’acier de 5.5mm de diamètre ; ce fil , décalaminé  , passe en l’étirant à froid sur des filières successives  , pour en réduire le diamètre, sans perte de matière :après 6 machines le fil ressort à 1.95mm , et à 1.75 mm après 7 machines . Des bobines de  300 à 400 kg  sont alors constituées .Puis nous passons dans la petite tréfilerie : là le fil rentré à 1.95mm sort à 1.1mm  .Ce fil est ensuite  cuit dans un four  pendant 10h  ,puis refroidi lentement  pour lui donner de la souplesse ,et par passage dans d’autres filières  ,il sort avec un diamètre encore plus petit   (0.6mm).

La machine  élaborée dès 1888 ,opère en 3 étapes successives  :  deux puissantes griffes maintiennent le fil pendant qu’un puissant  poinçon en  frappe l’extrémité, formant ainsi la tête de ce qui va devenir un clou , puis 4 forges forment la tige du clou, selon la section ronde ou carrée désirée  tout en faisant avancer la tige  ,et enfin des couteaux de différentes formes   sectionnent le fil  , et alors un clou  sort de la machine , et ce à raison de 20 clous par mn . Il existe une autre salle de travail , rythmée par un bruit intense  , qui contient 325 machines  , mises en place entre 1892 et 1925 ,pour fabriquer les différents modèles de clous ; toutes  ces machines  sont fixes  ,  entretenues et éventuellement réparées sur place . Ensuite les clous sont mis dans une machine ( frottoir) avec de la sciure de bois , pendant 10mn pour les dégraisser et  ébarber .Enfin certaines pièces peuvent subir un bleuissage  ,dans un four à 300° pendant 6 mn, pour  leur assurer  une protection antirouille ,obtenir des clous propres et sains ,si on les met à la  bouche ,ce que font en général les tapissiers avec les semences . Dernière étape :emballage dans des boîtes en carton recyclé  de 5kg , et  collage d’une étiquette : ce  travail est entièrement réalisé à la main , image de la marque Rivierre  depuis sa création. Manufacture classée  « Entreprise du Patrimoine Vivant »en 2007. La production  est exportée à  50% , 50%  reste en France. Fin de la visite à 17h , après passage en boutique . Merci à Paulette notre GO. Retour à Beynes  à 19h30.

 

G.O.D.F.

Antoine PINZELLI ,      webmaster

reçu le: 18 octobre 2012

  Départ de Beynes à 12h30,et route vers le Grand Orient de France ,situé au 16 rue Cadet dans le 9ème arrondissement de Paris.  Nous sommes accueillis par un "frère"  qui nous parle longuement de la Franc -Maçonnerie:                                                                                   C'est en 1717 à Londres que 4 loges se fédérèrent et créèrent la Grande Loge de Londres et Westminster ,au premier rang on remarque  le huguenot français Jean-Théophile Désaguliers .C'est en 1725 qu'apparaissent les premières loges en France, et en 1743 le comte de Clermont est élu Grand Maître ,et le restera jusqu'à sa mort en 1771. Déjà en 1738 le Pape reproche à l'Ordre sa tolérance religieuse :on ne met pas sur un même plan la vérité et l'erreur .En 1773 ,les travaux des 17 réunions plénières aboutissent à la formation du G.O.D.F. On retrouve des Maçons  dans tous les camps de la Révolution Française ,et rédigent la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen .Pendant l'empire ,17 maréchaux  sont Francs-Maçons ,le Grand Maître étant Joseph Bonaparte. La consolidation de la 3ème république vers 1880 ,marque le retour de la Maçonnerie ,et se crée la Grande Loge de France ,et en 1877 le Convent du Grand Orient de France abolit l'obligation de " l'existence de Dieu et l'immortalité de l'âme" ..C'est en 1893 ,que se crée une obédience accueillant hommes et femmes sur un pied d'égalité Les loges sont accusées  de modernisme et d'humanisme ,et  durant la dernière guerre (1939/1945)les loges sont interdites et les maçons pourchassés en France ,temples  pillés et de nombreux "frères" mourront en camp de concentration. Actuellement 1200 loges ,et entre 20 à 50 membres chacune.                                                 Ensuite on visite le musée de la Franc-Maçonnerie avec ses nombreuses vitrines  remplies de collections diverses :bijoux ,médailles, peintures ,manuscrits ,livres d'architecture et de photographies , le riche tablier en soie  de Voltaire ,une horloge triangulaire ,une épée de Vénérable du Gl Lafayette ,une huile sur toile du 19è avec l'initiation maçonnique et ses 4 éléments: air, terre, eau et feu .Ensuite visite de temples (salles de travail) et de la plus grande d'entre elles :le temple du 1er étage  avec des colonnes corinthiennes  ,pour des réunions  importantes  de membres ,et une grande peinture d'Abdel Kader .                          Enfin ,à la question" comment intègre-t-on la Franc-Maçonnerie" ,le "frère" nous dévoile le mode d'emploi: soit une cooptation par un initié ,soit par acte de candidature spontané fait auprès du Grand Maître ,et alors  se produisent 3 rencontres  ,et à l'issue desquelles ,un vote à plus de 75% des voix admet le postulant. Le Grand Maître actuel est Guy ARCIZET .La visite se termine vers 17h30 et nous regagnons en autocar Beynes.                                                                                                                              Nous en savons plus sur cette société secrète ,qualificatif extrêmement  important pour les membres du G.O.D.F.     Beaucoup d'intérêt pour cette sortie qui  totalise 60 participants. 

.

evreux

webmaster

reçu le:5 mai 2012

  

Départ de Beynes à 7h30  ,et route vers EVREUX ,préfecture du département de l’EURE(27)  où nous arrivons vers 9h45 .La visite commence par la cathédrale Notre Dame d’Evreux : mentionnée pour la première fois en 912 ,et en 923 ,Rollon ,célèbre chef normand devenu duc de Normandie , fait une donation à la cathédrale à l’occasion de son baptême.

L’édifice fut incendié en 1119 par Henri 1er ,roi d’Angleterre ,puis reconstruit entre 1125 et 1140  et les grandes arcades de la nef actuelle datent de cette époque.

La cathédrale fut à nouveau incendiée en 1194 par le roi Philippe Auguste et les parties hautes de la nef furent détruites. Reconstruction en 1253 , le chœur en 1270 ,et achevé en 1310 ;construit dans le style gothique rayonnant ,la lumière colorée pénètre largement par le triforium et les fenêtres hautes qui sont ornées de magnifiques vitraux du 14ème siècle. A nouveau incendie le 11 juin 1940 qui endommagea  gravement l’église  , entre autre le splendide buffet d’orgue du 18ème siècle. Un nouvel orgue  contemporain  ,est installé depuis les années 2000.

Toutes les chapelles des bas côtés de la nef  ont été ouvertes au 14ème siècle ,et les fenêtres renferment les vitraux les plus anciens (côté sud) .Dans la dernière chapelle (côté nord) un retable représentant  le Christ et ses apôtres ,date du 17ème siècle. La chaire installée en 1811 , provient de l’abbaye du Bec-Hellouin . Enfin l’ouragan du 19 août 1983 endommagea  de nombreuses verrières .  Nombreuses donations du roi Louis XI ,dont la chapelle de la Vierge ,Mère de Dieu ,avec l’arbre de Jessé .Le portail nord par lequel on entre dans la cathédrale est de style gothique flamboyant ; c’est l’un des plus beaux de France ,avec Senlis et Beauvais ;il a été élevé en 1504. Au-dessus de ce portail , une rose dont les vitraux illustre le jugement dernier .Sous la rose ,on voit 4 Apôtres et les quatre Pères de l’église en costume renaissance. En vis-à-vis ,côté sud ,la rose du Paradis  avec le couronnement de la Vierge ,et sous la rose ,  les 8 autres Apôtres .La cathédrale renferme une chapelle du Trésor ,avec de nombreuses reliques de saints.

A l’extérieur on dénombre 600 gargouilles toutes différentes .

Ensuite on se dirige à pied le long de l'Iton vers le restaurant « la Vieille Gabelle »  et vers  14h30 , départ en bus  pour Saint Aubin des Hayes ,pour la visite du   « village  enchanté des automates »  ,avec ses  17  maisons habitées par d’ingénieux  et fascinants automates :chats ,lapins ,ours ,elfes , gnomes ,lutins malicieux   . Situé au cœur du pays d’Ouche , en pleine campagne normande ,près de Beaumesnil , on entre dans un monde animé et féérique .

Petits et Grands  , tout le monde retrouve  son  âme d’enfant …Pour se faire plaisir ,une boutique  de produits du terroir ,objets artisanaux  ,cartes postales …

Fin de la visite vers 16h30 et retour vers Beynes ,arrivée vers 18h30 .

Une excellente journée , et en plus , sous un chaud soleil printanier .

 

 

journée gourmande Antoine PINZELLI reçu le: 22 octobre 2011

Départ de Beynes à 8h  , et direction REAU en Seine et Marne où nous arrivons pour 10h30 au Domaine des Macarons de REAU , entreprise familiale et artisanale de macarons ,et c’est Régis qui nous accueille et nous expose la fabrication des macarons ; séance de dégustation des produits et passage à la boutique .Visite très intéressante avec  des personnes sympathiques et  extrêmement aimables , à qui nous souhaitons la meilleure réussite pour  leur entreprise.                                               Suit le repas toujours aussi réussi et convivial à l’auberge le Réau .                           Puis nous partons en car direction Vaux le Vicomte situé à 11km de Réau .

Historique : le château de Vaux- le- Vicomte  fut construit en 7 ans  par Nicolas FOUQUET ,né à Angers en 1615 ; son père lui a acheté une charge de magistrat  ,ce qui l’introduisit dans la haute société . Procureur Général au Parlement en 1650 ,FOUQUET resta fidèle au roi pendant la Fronde (1648-1652)ainsi qu’à MAZARIN. Il devint ministre des finances sous la minorité de Louis XIV en  1653 . A la mort de MAZARIN ,en 1661 , il ambitionne de devenir Premier Ministre.  Nicolas FOUQUET  donne une réception  grandiose dans son château le 17 août 1661 ,à laquelle furent conviés ,le roi LOUIS XIV et sa cour . COLBERT  persuade  le roi que FOUQUET détourne des fonds publics ,le roi  prend  ombrage de la fortune  de son hôte , Surintendant  des finances du royaume , et de la magnificence de ce domaine ,et décide son arrestation le 5 septembre 1661 à NANTES  ;  le surintendant déchu survécut  dans la forteresse de PIGNEROL dans les Alpes savoyardes ,et il  mourut en 1680 .L’ actuel propriétaire du château est Patrice de VOGUE .Puis nous effectuons une visite du château, avec de très belles commodes de BOULLE ,tapisseries des Gobelins ,tableaux ,statues et objets divers rachetés depuis le 19è siècle. Trois hommes  ont œuvré dans ce château et son domaine : l’architecte LE VAU , le peintre LE BRUN ,et le jardinier LE NOTRE. Malgré la rapidité des travaux , tout n’est pas achevé  quand FOUQUET est arrêté  en 1661.Un chef-d’œuvre ,Vaux-le-Vicomte ,la fidèle amitié du poète La FONTAINE  ,et un grand procès politique , conservent aux hommes la mémoire de Nicolas FOUQUET ,homme hors du commun.

Fin de la visite et départ vers 18h pour Beynes où nous arrivons vers 20h.      

 

 

Déjeuner croisière
sur la Marne

Antoine PINZELLI

reçu le : 01 octobre 2011

Départ de Beynes à 7h15 , et direction BRY SUR MARNE où nous arrivons vers 9h45 .Un petit déjeuner nous est offert dans une vaste salle d’un restaurant de cette ville, qui longe la rivière Marne de 525 km, affluent principal de la Seine, qui prend sa source sur le plateau de Langres et se jette dans la Seine à Charenton-le-Pont/Alfortville/Ivry-sur-Seine .
Nous assistons à une séance de démonstration du sponsor qui s’achève vers 13h30 et nous nous dirigeons vers le bateau « Ile de France », pour une croisière sur la Marne jusqu’ à 16h30. On nous sert à bord un repas complet ; en entrée , moules marinières à profusion, puis bœuf bourguignon, le tout copieusement arrosé de vin blanc et vin rouge, le repas se termine par une tarte aux pommes et un café .
Notre croisiériste nous montre les guinguettes célèbres des bords de la Marne : Fifi, patron du Bar de la Marine qui agite son parasol, puis Gégène, qui n’ouvre plus que quelques jours par semaine, puis le pont des Arts, (cadeau de Chirac à Nogent/Marne), le centre avironnais de Nogent, la maison où ont été arrêtés les gens de la bande à Bonnot, la maison–musée du peintre Bonnet, l’Ile d’Amour et l’Ile des Loups, etc… . Nous rejoignons notre car et nous prenons la route pour 17h, le car nous ramène vers Beynes après une belle et bien agréable journée passée entre amis . Arrivée à destination vers 18h, sans connaître les bouchons du matin .

 

EU - Le Tréport
La vallée du Verre

Antoine PINZELLI

reçu le : 09 juin 2011

Départ de Beynes à 7h30 , et route vers EU dans la Seine maritime (76)  où nous arrivons vers 10h30. La visite commence par le musée des verriers situé à Eu : le verre a pour origine la lave de volcan, obsidienne, puis les tectites (chocs entre météorites sur la terre), puis impactites (fusion du sable lors d’une explosion d’un météorite). En -5000 ans, les Egyptiens avaient déjà découvert le verre, et formaient des bijoux. En -1500 ans la Turquie avait des fours  pour y fabriquer la pâte de verre provenant d’un mélange de sable + soude ou potasse + calcaire portés à 1500°, et qu’on laisse refroidir ; le calcaire est un stabilisant du mélange et on y introduit aussi des oxydes de cobalt (pour le bleu) de cuivre (pour le rouge) etc… C’est en Syrie qu’on invente la canne à souffler le verre ; puis déplacement vers la Grèce, vers l’Italie (Murano), et de là vers la Bohême  d’une part et vers la Lorraine d’autre part (Baccarat, Daum, St Louis) et enfin vers la Normandie, dans la vallée de la Bresle (vallée qui sépare la Normandie de la Seine maritime). On a fait venir ici des gamins de 7-8 ans pour démouler (ouvrir ou fermer les moules) d’Espagne ou d’Italie et ce jusqu’au début du 20ème siècle. Ici on fabrique entre 70 à 80% des flacons de parfums pour le monde entier, avec différentes machines plus ou moins sophistiquées (machine Roisant ? de 1930). Dès 1940 on y ajoute du plomb pour faire baisser la température de 100° du mélange sable+soude+calcaire, et on a du cristal à 24% (Baccarat) ou 18% (Arc). La visite du musée se termine par la boutique qui vend des objets de  fabrication locale.
Ensuite on se dirige en bus vers le restaurant situé  au Tréport, restaurant St Louis (?), de produits de la mer .
On rejoint le bus vers 14h30, et on va vers le château d’EU, commencé en 1578 par Henri de Lorraine, duc de Guise et  Catherine de Clèves. Il est achevé en 1665 par la grande Demoiselle, cousine germaine de Louis XIV  (leur père respectif étant Louis XIII et Monsieur, frère du roi Louis XIII). Au XIXème siècle le château devint la résidence d’été de Louis Philippe qui y reçut à 2 reprises la reine Victoria (qui régna de 1937 à 1901) avec qui fut signée l’entente cordiale  entre nos 2 pays. Demeure des princes d’Orléans, le dernier état de décoration est celui de Viollet Le Duc en 1874/1879. Un incendie ravageur eut lieu le 11 novembre 1902 qui détruisit la moitié du bâtiment. Le château est maintenant propriété de la ville d’Eu, abrite la mairie (salle des mariages) et le musée Louis Philippe ; un vaste programme de restauration et de reconstruction fut mis en place pour enrayer la mérule (champignon dévastateur) et la vrillette.
Le château contient de belles collections  d’objets et tableaux  dont des services de la manufacture de Sèvres. En sortant du château, avant de reprendre le bus, on a pu aussi entrer dans la collégiale St Laurent, construite de 1186 à 1240, de style gothique, dédiée à St Laurent O’Toole, archevêque de Dublin, mort à Eu en 1180. Viollet le Duc en a fait la restauration  à la fin du XIXème siècle, porte  latérale sous un porche  qui remplace l’ancienne porte percée en 1747, ainsi que la restauration des murs de la nef et des contreforts des côtés sud et nord.
Départ d’Eu à 17h15 et arrivée à Beynes pour 20h.

 

Tergnier et visite
des ateliers Weill

Paulette BURGUNDER

reçu le : 16 avril 2011

Départ très matinal en destination de Tergnier, petite ville entre Noyon et Saint-quentin.
Nous sommes attendus par un homme passionné, donc passionnant qui suite au travail de recherches de toute une vie, a réussi à décoder les nombreux symboles compagnonniques et maçonniques.
Après un succulent déjeuner à Laon, petite visite de la Cité médiévale, nous abordons un sujet plus futile : les Ateliers Weill.
Même les messieurs étaient intéressés.
A bientôt pour d'autres découvertes.

 

Tergnier et visite
des ateliers Weill

Secrétariat ALED reçu le : 15 avril 2011


Cliquer sur la photo pour l'agrandir

La mairie de TERGNIER


Construction de style "Art déco", elle est empreinte de symboles maçonniques.

Le groupe de visiteurs de l'ALED reste attentif aux explications de notre guide.


Photo transmise par notre guide
de la ville de TERNIER

 

Peugeot Poissy Chantal TERNAUX reçu le : 23 mars 2011

Merci pour cette journée très enrichissante.
Dommage, les chaînes de montage étaient à l'arrêt.
Pour pouvoir apprécier pleinement cette sortie, je proposerais une nouvelle visite des ateliers (transport à nos frais ?).
Merci aux organisateurs de cette sortie, malgré ce petit contretemps, l'ambiance était très conviviale, comme d'habitude.